FRANCE // Ce que j’aime quand je reviens en France

Si vous saviez comme j’aime le Canada… Alors que nous venons de célébrer pour la cinquième fois la fête nationale canadienne et que nous nous apprêtons à entamer notre sixième année au pays des maringouins caribous gens les plus gentils au monde, j’avais envie non pas de dresser la liste de tout ce qui plaît au Canada, mais de tout ce qui me fait immensément plaisir quand je retourne en France. Pourquoi pas une liste de ce que j’aime au Canada ? Mais ce serait bien trop long, évidemment ! Mais quand même, il y a plein de petites choses qui ne manquent pas forcément sur place, mais dont on se souvient à nouveau lors de vacances en France… et on comprend alors à quel point elles nous ont manqué ! La redécouverte de ces petits péchés mignons fait désormais partie intégrante de mes retours annuels en France, pour mieux se souvenir que vraiment, il y a des choses qu’on ne peut faire que dans notre beau pays. En voici quelques uns.

Gourmandise : manger du fromage 

Hop, ça c’est fait, vous vous y attendiez tous, inutile de tourner autour du pot : la bouffe, c’est important quand on est Français. Et bien, le fromage, c’est encore plus important quand on est Haut-Savoyard. Savourer un reblochon bien coulant, des sablés au beaufort de Michel et Augustin, du morbier, du Saint-Nectaire, de l’aligot, de la tête de moine, une tartiflette, une pizza tartiflette, un panini tartiflette.. Je continue ? La symphonie des fromages français est une joie immense, une gourmandise insensée, presque une raison de vivre quand on est en France.

Aligot Aveyron blog voyage gourmand Arpenter le chemin

Un bon aligot à Millau

Paresse : prendre l’apéro dehors sans antimoustique

Voir des terrasses partout, dans toutes les villes. S’installer à n’importe quelle heure du jour ou du soir à l’extérieur dans une douce chaleur, sans craindre les moustiques. Voilà un luxe que je goûte immensément. Dans la belle saison qui semble durer indéfiniment, aller boire un verre après dîner dans le soleil couchant et paresser en profitant des derniers rayons du soleil en extérieur, le tout sans craindre les moustiques, c’est de l’hédonisme à l’état pur.

Citytrip lyon escapade quais de saone ete

Magie d’un soir d’été sur les quais de Saône à Lyon

Orgueil : traverser hors des clous

Traverser hors des clous, au feu rouge, quasi sous le nez fort indifférent de la police qui a bien d’autres gilets jaunes à fouetter, c’est un de mes petits plaisirs coupables. C’est que c’est parfaitement illégal, mais néanmoins jamais sanctionné, et pour peu qu’on regarde bien des deux côtés, c’est parfaitement sans danger. Je sais bien qu’en France, on a tendance à se sentir au-dessus des lois et j’aime éviter les comportements bravaches, mais cette incartade est si mineure et donc si régressive que je m’y adonne sans compter.

Pres du hem sentier pedestre que voir lille blog voyage arpenter le chemin

Je n’avais vraiment pas de photo de passage piéton ! Ici à Armentières

Envie : prendre des transports en commun performants

La SNCF… est ce qu’elle est. De mes années d’étudiante qui s’est quand même coltiné trois heure et demi de train ALLER tous les week-ends entre Lyon et Evian pendant au moins deux ans, je garde le souvenir de trains en retard, de contrôleurs détestables, d’une expérience peu glorieuse pour les usagers. Sagesse de l’âge ou sérénité induite par la rareté de mes trajets en train à l’heure actuelle, c‘est un vrai plaisir pour moi de prendre le train quand je rentre en France, pour aller rapidement d’un point A à un point B. Les contrôleurs sont presque tous sympathiques, nous avons des annonces en cas de retard et, ô joie, les retards semblent moins fréquents ? Et surtout, le réseau nous amène à bien des endroits : Annecy ? Evian ? Millau ? Marseille ? Arles ? Tout ça, c’est possible en train.

(ne tapez pas trop fort dans les commentaires : j’imagine que la réalité est bien différente quand on prend souvent le train, a fortiori au quotidien. Je vous parle de mon expérience de voyageuse en France. En comparaison au réseau ferroviaire canadien, je trouve ça incroyable d’avoir autant de lignes, qui amènent à autant d’endroits, relativement efficacement)

marseille saint-charles gare comment venir voyage escapade

L’escalier monumental de la gare Saint-Charles à Marseille

Avarice : profiter de la rue comme d’un musée à ciel ouvert

Marcher dans des siècles d’histoire visibles me donne désormais le vertige. Les cultures autochtones nord-américaines sont bien évidemment très anciennes, mais elles n’ont pas laissé de vestiges tangibles qui donnent le tournis. À Arles, le principal rond-point de la ville est, en tout simplicité, une arène deux fois millénaires. À Lyon, on peut se balader en plein Moyen-Âge. Que dire de Paris, avec ses catacombes du XVIIIe siècle et une certaine cathédrale de 900 ans ? En France, je trouve ça presque inutile d’aller au musée : nous sommes déjà dans un superbe musée à ciel ouvert !

Arles amphitheatre antique visiter escapade printemps

L’amphithéâtre à Ales : combien de siècles nous contemplent ?

Luxure : le printemps qui vient dans les temps 

Le printemps français arrive en mars, COMME IL SE DOIT. C’est presque indécent, toutes ces petites fleurs qui s’épanouissent dès la mi-mars. Tous ces pétales, ces parfums dans l’air, ce soleil qui caresse la peau… C’est très sensuel, le printemps, en fait.

theatre celestins lyon magnolias escapade onlylyon blog voyage france arpenter le chemin

Les magnolias en fleur du théâtre des Célestins à Lyon

Colère : râler (mais pas trop)

Pouvoir râler un bon coup, ça fait du bien, des fois. C’est assez libérateur et surtout, on sait que globalement, les gens en face seront réceptifs à un coup de gueule bien senti. Mais c’est un péché à double tranchant, car il enclenche un cercle vicieux… celui du râlage sans fin. Et quand j’arrive à ce stade, c’est qu’il est généralement temps de retourner au Canada !

Cet article s’inscrit dans le challenge mensuel du collectif de blogueurs #EnFranceAussi, à l’initiative de Sylvie du blog Le coin des voyageurs. Ce mois-ci, le thème est “les 7 péchés capitaux”, sur une idée d’Eimelle du blog Les carnets d’Eimelle. Retrouvez mes autres participations ici.

Ce mois-ci, notre partenaire Gallimard vous fait gagner le GéoGuide “Les plus beaux week-end plein sud”. Pour gagner, il suffit de commenter cet article ou l’un des autres articles participants, et de commenter la page Facebook du rdv en indiquant le blog que vous avez commenté.

Et vous, quels sont vos plaisirs quand vous retournez dans votre pays natal ? Je veux tout savoir dans les commentaires !

plaisir vivre france blog voyage lyon petits plaisirs france immigree emigration vie france comparaison canada

 

 

 

 

Related posts

16 thoughts on “FRANCE // Ce que j’aime quand je reviens en France”

  1. Très sympa cette liste, je serais curieuse d’avoir tes réponses pour le Canada ?

    1. Audrey

      J’ajoute cette idée à ma liste de chroniques en attente déjà longue comme le bras 😉
      Mais pour ne pas te faire trop languir, globalement : l’absence de stress, la gentillesse et la bienveillance des gens en toutes circonstances dans ma ville, l’omniprésence de la nature figurent en tête de liste.

  2. je suis ravie de voir comment ce thème a inspiré! Bel article!

    1. Audrey

      Merci à toi Eimelle pour ce thème !

  3. Tu as tellement raison pour les terrasses sans moustique, les trains et les printemps hâtifs! Comme je vous envie parfois!

    1. Audrey

      Vivre sans moustiques… Des fois ça me fait plus rêver que le fromage. Parce qu’il y a des bons fromages aussi par ici, même s’ils sont plus chers, mais éliminer totalement les moustiques, c’est impossible !

  4. J’aime beaucoup cette libre interprétation du thème des 7 péchés capitaux ! C”est vrai que l’expatriation permet de mieux se rendre compte de ce qu’on a.

    1. Audrey

      À tous les niveaux, d’ailleurs ! Cela dit, certaines choses nous manquent mais d’autres… je suis bien contente de ne plus avoir à les souffrir 😉

  5. Je te rejoins sur plusieurs points. En revanche, je n’ai jamais été autant piquée par des moustiques qu’en France ! Dans le sud surtout, à Nîmes et à Marseille où je vais régulièrement, mais aussi bien sûr dans des stations balnéaires. Il faut dire que les moustiques aiment ma peau ! lol

    1. Audrey

      Oh ! Montréal souffre peut-être moins des moustiques que Moncton, alors ? Il est vrai que le sud-est du Nouveau-Brunswick est très humide, et que mes références françaises sont plutôt dans les Alpes, moins sujettes aux moustiques que le sud. Moi aussi je suis membre du cub des “peaux à moustiques” 😉

  6. merci pr ce retour. c est une autre vie j imagine de revenir dans son pays pendant quelques jrs et tout re découvrir
    je suis cliente régulière de la Sncf dc….. mais j imagine que comparer au Canada c est Byzance la France

    1. Audrey

      C’est peu de le dire ! À Moncton, le train passe trois fois par SEMAINE. C’est dur d’imaginer à quel point le réseau ferroviaire est peu développé au Canada à cause des longues distances.

  7. Super traitement du sujet! bravo!

    1. Audrey

      Merci beaucoup 🙂

  8. Arthur Thibaut

    râler…je n’aurai pas pensé que ça pouvait manquer 😀 (moi c’est ce dont j’ai horreur en france… Les gens râleurs, c’est horrible je trouve !)

    1. Audrey

      C’est très étouffant quand on le vit au quotidien, j’avais horreur de ça en France. J’adore l’état d’esprit des Canadiens, c’est extraordinaire de pouvoir voir le positif partout et ça force à changer notre point de vue français. Je râle évidemment beaucoup moins depuis que je vis au Canada. Mais une fois par an, oui, rouspéter en présence de gens qui comprennent que c’est parfois nécessaire, ça fait du bien !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.