Le premier anniversaire du blog : bilan

Bonjour à tous ! Mon petit blog vient de souffler sa première bougie. C’est l’occasion pour moi de revenir sur cette expérience et sur tout ce que j’ai vécu depuis le 14 août 2016.

Je ne suis pas une novice du blogging, loin de là, puisque je blogue depuis 2006. Mais jusqu’en 2013, c’était rarement pour moi. J’aimais les plateformes tiers, écrire des billets invités, pour écrire et se défouler sans toucher au côté technique, sans engagement aussi. Et puis j’ai lancé mon blog d’immigration en 2013, et j’ai touché plein de gens tous plus sympas les uns que les autres, dont certains font partie de mes amis désormais.

Et puis en 2016, la révélation : au bout de trois ans de blogging et deux ans au Canada, mon blog d’immigration ne parlait plus de formalités mais de sorties, délaissait les démarches au profit des compte-rendus d’escapades… Il me fallait un blog de voyage.

Encore un blog de voyage ?

Et oui. Je ne fais pas dans l’originalité. Tout le monde a un blog de voyage, et je connais même plusieurs personnes qui en vivent. Mais je pense qu’on peut tous cohabiter, parce qu’on a tous une voix différente, une façon de voyager différente, des destinations différentes et au final… le monde aura toujours envie de voyager. Il y aura sûrement toujours des lecteurs qui auront envie de s’informer, de se renseigner et de se divertir en l’attente de leur prochain voyage.

Les bonnes surprises de ce blog

Si tu n’es pas blogueuse, tu dois sûrement te dire que les blogueurs, ça ne court pas les rues. Et si tu es blogueuse, il y a des chances pour qu’une bonne partie de tes contacts soient des blogueurs. C’est qu’on fonctionne pas mal au réseautage, et puis on rencontre des gens fort sympathiques. J’adore aller commenter chez les uns et les autres, même si j’aimerais commenter plus. On peut nouer des liens virtuels assez rapidement, sur Twitter, Facebook, Instagram ou sur les commentaires de nos blogs respectifs, et c’est loin d’être la première fois que je constate ça avec le blogging (d’ailleurs, j’adore cet aspect). Je n’ai encore rencontré « en vrai » aucune nouvelle connaissance blogueuse mais je suis sûre que ce sera bientôt le cas, soit sur mes terres au Nouveau-Brunswick (où toute une flopée de blogueurs est d’ailleurs en ce moment) ou ailleurs comme au Salon des blogueurs en France.

J’ai aussi la bonne surprise de décrocher quelques partenariats, notamment trois blog-trips avec Tourisme NB (le ministère du tourisme du Nouveau-Brunswick) : un week-end sportif au parc provincial de Sugarloaf, un week-end gourmand dans la Péninsule acadienne et un week-end le long de la Miramichi. Sans oublier le partenariat Tourisme NB/Petit Futé, qui m’emmène aux quatre coins de la province cet été. Je suis loin des séjours intercontinentaux tous frais payés des blogueurs superstars, mais me croirez-vous si je vous dis que mon petit cœur de blogueuse frétille ? Tout comme il frétille que certains prestataires du tourisme aient répondu présents lors de notre escapade franco-suisse. Je ne pensais pas, avec ma micro-communauté, parvenir à ce stade si vite. C’est donc une excellente surprise.

Enfin, troisième surprise, je bouge bien plus depuis que j’ai mon blog. On peut se poser la question de l’authenticité de mes sorties : est-ce que je vais à droite à gauche parce que j’en ai envie ? Pour le blog ? Les deux ? Les deux. Je n’ai pas souvenir de m’être vraiment forcée juste pour le blog mais il m’arrive de choisir mes activités en fonction de ce qui m’inspirera plus pour une chronique. Je ne pense cependant pas que ce soit entièrement vain, au sens où j’aime dans tous les cas les expériences que je vis, et puisque tenir ce blog peut me permettre de vivre plus d’expériences, c’est un bon point.

Et puis sur mon blog, je poste ce que je veux… surtout n’importe quoi !

Professionnaliser ce blog

Voici une question épineuse que je me dois d’aborder. Je signale toujours lorsque je suis rémunérée ou invitée, en fin de billet ou sur mes publications sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #partenariat. C’est important pour moi d’être transparente, tout comme lorsque je glisse des liens affiliés dans mes chroniques.

Alors oui, faire de l’argent avec ce qu’on aime, c’est encore un peu sale en France, moins au Canada. Je suis ravie de faire ces partenariats, qui nous donnent un petit coup de pouce, qu’il soit financier pour les blogtrips rémunérés, ou simplement parce qu’on nous paie des activités que nous n’aurions pas faites sinon. Les partenariats ne sont pas la raison d’être du blog, mais un à-côté agréable et évidemment gratifiant. Mais sans eux, je continuerai de payer de ma poche les activités que j’ai envie de faire, mon transport et mes hébergements. Sans eux, je n’arrêterai ni de voyager, ni de bloguer.

Ni de traduire, car cela reste ma carrière principale, celle pour laquelle je fais des efforts et des sacrifices depuis dix ans. Faire vivre un blog et surtout en vivre, c’est du boulot, énormément de boulot. Démarcher les partenaires, produire du contenu écrit, social, photo voire vidéo, se faire connaître, réseauter, animer sa communauté… Tout cela prend énormément de temps et si je le précise, ce n’est pas tant pour me plaindre que pour m’excuser de ne pas toujours être au top sur les réseaux sociaux. Je tiens à vous offrir du contenu de qualité à mon niveau, je dois faire des choix et je ne peux pas être partout à la fois. À terme, j’adorerais partager mon temps entre traduction et blogging, mais pour l’instant, la traduction reste ma priorité, même si le blog de voyage est une activité complémentaire bien douce.

Douce comme une soirée sur la plage au cœur de l’été  

Les points à développer

Comme je viens de le dire, j’aimerais idéalement être plus présente sur certains réseaux sociaux comme Pinterest, où je suis presque totalement absente. Il va falloir que je creuse encore plus les outils d’optimisation des réseaux sociaux, et aussi que je m’attelle à faire des titres à épingler pour tous mes articles. Projet titanesque, hein ?

J’aimerais aussi écrire plus de billets de type « anecdotes culturelles » comme le fait très bien ma copine Alexandra sur son blog Globe and Quill (en anglais), un genre que j’adore mais qui demande beaucoup plus de travail qu’un « simple » compte-rendu de voyage linéaire, ou même qu’un billet humoristique.

Enfin, j’aimerais bien interagir un peu plus avec vous dans les commentaires mais c’est un peu vide par ici ! Pourquoi ? À vous de me le dire : le blog n’est pas optimal pour les commentaires ? Vous ne savez pas quoi dire ? On rigole bien sur ma page Facebook, mais ça manque un peu d’ambiance sur le blog même. J’attends vos suggestions pour améliorer ça.

J’ai du pain sur la planche, mais je me sens pousser des ailes…

Quelques conseils pour finir

Du haut de cette première année, que vous donner comme conseil si vous aussi, vous débutez dans les blogs de voyage ? C’est assez présomptueux, mais j’essaie quand même :

  • ne pas hésiter à lancer son blog si on en a envie. Certes, il y a une foule de blogs et c’est très dur de trouver une niche, mais tant que l’envie de partager est là, il n’y a pas de raison de priver le monde de votre expérience. Vous avez des choses à dire, alors lancez-vous ! Le côté technique est assez facile avec des outils comme WordPress, ou on peut carrément bloguer uniquement sur les réseaux sociaux.
  • ne pas hésiter non plus à solliciter des partenariats si on en a envie (pas d’obligation !). J’écrirai sûrement prochainement un billet sur comment décrocher des partenariats malgré une communauté riquiqui, mais sachez que c’est possible. N’ayez pas peur des refus. Au pire, les refus seront gentils, au mieux on vous ignorera poliment, et cela ne vous empêchera pas de voyager, non ?
  • s’imposer un rythme peut être productif. Je consacre la plupart de mes vendredis après-midi à mes activités de blogging, c’est là où je rédige mes articles à venir, où je vais commenter les blogs des copains, où je fais du démarchage, de la promo sur les réseaux sociaux. Les outils de planification des publications sont précieux ! Cela dit, quand la vie prend le dessus, je pense que les lecteurs peuvent comprendre qu’on ne peut pas toujours poster avec la régularité d’un métronome, même si on a une petite audience fragile.
  • ne pas oublier de profiter de ses voyages. Il y a eu des jours où à trop vouloir chercher l’angle de blog idéal ou la photo parfaite, je suis un peu passée à côté de mes visites.
  • ne pas non plus faire des sottises pour le blog… J’ai noyé irrémédiablement mes deux mobiles et failli faire de même avec mon appareil photo lorsque notre canot a chaviré sur la Kedgwick… Pourquoi autant de matos avec moi ? Pour prendre photos et vidéos, sans protection adaptée… Une vraie erreur de débutante.
  • aucune obligation de tout raconter. Au début, je voulais tout, TOUT raconter, tous mes repas, toutes mes activités. J’aime bien les billets détaillés de type « Une journée à… » mais sur un voyage entier, c’est difficile, pas très passionnant et on aura tendance à bâcler les derniers jours. Racontez vos coups de cœur. Trouvez un fil rouge entre des activités qui vous ont plu et faites un récapitulatif. Racontez un moment fort. Mais je crois qu’il n’est pas la peine de préciser le menu du petit déj au Best Western de Nothing Gulch (sauf s’il est mirifique, ou si vous savez le raconter avec un talent unique).

Je crois que c’est tout pour ce petit bilan déjà bien bavard. SI vous avez des conseils pour ma deuxième année de blogging, je vous attends dans les commentaires !

Related Images

6 thoughts on “Le premier anniversaire du blog : bilan

  1. Trop fan de la carte du monde à broder!

    1. Audrey

      J’adore aussi ! J’ai mis plusieurs mis à la finir mais j’ai hâte de continuer à ajouter des pays 😉

    1. Audrey

      Merci ! Et pour fêter ça… un départ en voyage, comme il se doit 😉

  2. Comme toujours c’est un plaisir de te lire !
    Joyeux anniversaire à ton blogue et merci pour tes conseils. Lorsque nous avons démarré Deux Évadés il y a 9 mois, c’était une expérience inédite pour tous les deux! Nous ne connaissions rien de ce monde mais l’envie de partager nos aventures a pris le dessus. Et même on investit beaucoup de temps dessus c’est un réel plaisir pour nous !
    J’attend avec impatience tes conseils pour décrocher des partenariats. Pierre a réussi a en avoir un récemment mais je pense qu’on a beaucoup a apprendre !

    1. Audrey

      Mais c’est un plaisir de vous lire aussi ! Bravo pour votre partenariat ! Je suis loin d’être une sommité mais j’ai aussi tendance à penser que les sommités n’évoluent plus dans le monde monde que nous 😉 Je prépare une chronique sur ce thème pour la rentrée, alors !

Leave a Comment