ÉTATS-UNIS // Road-trip américain : San Francisco

Depuis que j’ai vu Mme Doubtfire, j’ai eu envie d’aller à San Francisco. Ou peut-être était-ce l’Incroyable voyage ? Ou Forrest Gump ?  San Francisco, c’est une ville tellement mythique que j’avais peur d’être déçue. J’en étais presque timide en traversant le pont Bay Bridge, de peur de briser ce que la ville avait à m’offrir par mes attentes trop lourdes.

titre san francisco

J’ai bien vite été rassurée : l’arrivée sur fond de soleil couchant était exaltante, on se serait cru quelque part en Méditerranée dans la lumière dorée, avec la foule de coureurs sur les quais, une douceur formidable en ce mois de février, et je me suis tout de suite sentie à l’aise.

_1240568 (2)

Un peu trop à l’aise, presque, et j’ai amèrement regretté de n’avoir pas prévu plus de deux jours pour cette belle ville. Depuis quelques temps, New York fait un tabac chez les Français qui rêvent de ville à l’américaine, mais laissez-moi vous dire que si vous êtes prêt à enquiller les douze heures d’avion, San Francisco vaut très largement la Grosse Pomme pour une semaine en ville. Je ne sais pas si on peut vraiment comparer les deux, tellement elles offrent un visage différent, mais laissez-moi tenter de vous convaincre (et si ce n’est pas suffisant, allez voir du côté du blog de Stéphanie Visiter San Francisco !)

Nous logions à deux pas de Fisherman’s Wharf, le « quai des pêcheurs », un quartier touristique mais néanmoins bien agréable, avec une jolie promenade le long de l’eau, des restaurants de fruit de mer, des mouettes. On avait choisi l’hôtel un peu en catastrophe trois heures avant d’arriver (mauvais calcul de notre part…) et je pense qu’on est très bien tombés pour le quartier.

Les stars du coin sont les phoques du Pier 9 : une colonie de phoques pouvant aller jusqu’à 300 individus, qui se prélassent doucement au soleil en se chicanant parfois quand l’un a le malheur de réveiller ceux qui faisaient la sieste en leur bondissant dessus. Juste à côté, un regroupement de boutiques à touristes, cafés et boutiques tout court pour s’acheter une glace ou un aimant en forme de donut.

_1240777 (2)_1240766 (2)_1240772 (2)_1240601 (2)_1240593

(trouverez-vous l’indice qui vous permettra de deviner que les photos n’ont pas été prises le même jour ?)

Juste en face, c’est Alcatraz. Je te parlais de mes films cultes tout à l’heure ; Etienne, lui, n’a eu que The Rock à la bouche pendant notre séjour. Et là Nicolas Cage fait ci… et là Sean Connery fait ça… J’ai pu vivre le film par procuration grâce à ses récits. Pour autant, pour préserver sa vision de la prison (et parce que je n’étais très emballée par l’idée sur un séjour si court), nous ne sommes pas allés sur la fameuse île.

À la place, nous avons gravi Lombard St. « Gravi » n’est pas un vain mot : la rue est à pic ! Avec ses 16 % d’inclinaison, elle fera chauffer les cuisses et brûler plus d’un poumon, mais la vue au sommet vaut parfaitement tous ces efforts : Telegraph Hill et plein de jolies maisonnettes d’un côté (que tu aurais pu admirer en montant, si tu n’étais concentré.e sur ton souffle), Alcatraz de l’autre et, avec un peu de chance, un tram qui gravit lui aussi la pente (un bon plan si tu n’as pas le courage de faire l’ascension). Lombard St se compose de huit virages en épingle à cheveux et a reçu le titre de « rue la plus sinueuse des États-Unis (mais pas d’Amérique du Nord : y a-t-il une route plus sinueuse encore au Canada ?).

_1240612 (2)_1240616 (2)_1240719 (2)_1240683 (2)

De l’autre côté de la route, il suffit de descendre un peu pour se trouver sur Polk Street, le paradis sur Terre : un enchaînement de cafés, boutiques de papeterie, barbiers, bouchers bio, boutiques vintage, immeubles Art Déco… Tu vois le genre ? C’est un peu Brooklyn ici, les maisons en brownstone en moins. Je suis sûre que bien des quartiers doivent avoir cette ambiance mais nous avons été conquis par cette rue longue.

_1240722 (2)_1240721 (2)

Un peu plus tard, en nous dirigeant vers les Painted Ladies, une rangée de maisons probablement célèbres dans le monde entier, nous nous sommes arrêtés à Little Japan pour un bon bol de râmen. Le quartier m’a rappelé de bons souvenirs, avec ses devantures en bois, ses cerisiers presque en fleur, ses magasins tout mignons…

_1240725 (2)

À une vingtaine de minutes à pied (encore en pente ! Décidement…) , nous sommes arrivés aux Painted Ladies. Un superbe point de vue sur la ville : des maisons victoriennes superbement entretenues, la ville moderne en arrière-plan. Le quartier vaut aussi le détour, car ces maisons sont loin d’avoir l’apanage de l’élégance : ce sont des dizaines et des dizaines de maisons qui valent le détour avec leurs façades parfois acidulées, parfois sobres, toujours impressionnantes.

_1240749 (2)_1240736 (2)_1240726 (2)

Trop fatigués pour rentrer à pied (tu me crois si je te dis que jusque là, nous n’avions pas encore pris de transports en commun ? On a explosé notre compteur FitBit ce jour-là…), nous avons fait un saut au centre-ville en bus. Surprise totale : les centre-ville américains ne m’attirent généralement pas, mais celui-ci est vivant ! La pluie n’a découragé personne, les rues sont bondées, les magasins nous font de l’oeil, les trams ne cessent de passer.

En parlant de tram, nous n’avons pas pris de vieux tram (découragés devant la file d’attente sous la pluie…) mais avons regardé avec curiosité la fin de la ligne : les trams arrivent dans un sens, font volte face sur une plaque tournante actionnée à la main par les opérateurs, avant de repartir dans l’autre sens. Mon appareil photo m’a fait défaut à ce moment et je n’ai pas pu immortaliser ce système curieux, ni notre traversée de Chinatown, la plus grande communauté chinoise hors d’Asie. Un quartier tentaculaire, qui sent les épices, qui affiche fièrement ses sinogrammes, ses épiceries traditionnelles… un vrai dépaysement (déjà qu’on était dépaysés à SF… C’est dépayception !).

Le lendemain, une longue balade nous emmène au pied du pont du Golden Gate. Un pont mythique lui aussi, de style Art Déco, dont la renommée vient probablement de son environnement magnifique. Quelques surfeurs bravaient les flots à quelques encablures du bord. Pour notre part, nous sommes allés visiter Fort Point, au pied même du pont : un ancien fort militaire désormais géré par les parcs américains (le pass America the Beautiful y est d’ailleurs valable). Les salles sont remplies de photos, de reconstitutions, d’expositions. Nous grimpons au dernier étage offre une vue imprenable sur le pont… vent garanti, mais quelle vue, alors que les cargos avancent doucement sous les piliers du monstre d’acier.

_1240836 (2)_1240839 (2)

C’est à regrets que nous sommes partis vers Pismo Beach et Los Angeles, on serait bien restés une semaine de plus ! Nous reviendrons !

Bonne nuit

Hôtel San Remo, 2237 Mason Street. Je suis assez mitigée sur cet hôtel : certes il est propre, extrêmement bien placé et à J-0 (entendre qu’on a réservé le jour même), c’était un des moins chers non situés dans un coupe-gorge). Mais 110 $ pour une chambre borgne avec sanitaires communs, c’est disons… se foutre des gens ? La première chambre qu’on nous a proposée n’avait qu’une fenêtre donnant sur la réception ; on a demandé à changer et la deuxième avait une fenêtre donnant sur l’extérieur. Cela dit, si c’est ton budget et que tu aimes le charme d’un hôtel ancien, ce lieu pourrait te ravir.

 

Related Images

12 thoughts on “ÉTATS-UNIS // Road-trip américain : San Francisco

  1. cette ville est tout bonnement magnifique !

    1. Audrey

      Tout à fait d’accord !

  2. Je me rends à San Francisco dans 2 mois et nous avons choisi le même hôtel, principalement pour la situation et la possibilité de parquer la voiture. Par contre, je crois que nous avons pu avoir notre chambre un peu moins chère que vous.
    Mais, c’est vrai qu’en faisant nos recherches on s’est rendu compte que San Francisco c’est assez compliqué pour les hôtels si on veut du bien situé, avec possibilité de parquer la voiture et qu’on a pas un budget très élevé. Mais, n’empêche je me réjouis totalement 🙂

    1. Audrey

      L’hôtel n’était pas notre tasse de thé mais je suis sûre qu’il pourra vous plaire, il a du caractère, c’est certain ! Vous pourrez garer votre voiture à moindre coût à proximité. Je suis sûre que vous allez adorer la ville !

  3. J’attendais cet article avec impatience ! J’ai tellement adoré SF que j’avais hâte de savoir ce que tu en avais pensé 🙂
    Pour le prix de l’hôtel c’est juste SF ! Même en réservant bien en avance, on avait payé quasi 100€ par nuit pour un airbnb (appart partagé) dans le Haight…
    Je suis impressionnée par tout ce que vous avez marché ! Les pentes on les a faites en voiture… Par contre on avait passé des journées à se balader dans les quartiers hippie Haight-Ashbury et Castro en passant par les twin peaks et c’était ce qu’on avait préféré de notre séjour. On y avait passé 5 jours mais ça nous avait déjà paru trop court.
    Je suis d’accord avec toi à 200%, entre New York et San Fransisco c’est la deuxième que je choisis 😉

    1. Audrey

      C’est ce qu’on s’est dit… C’est SF ! Mais pas de fenêtre dans la chambre, rude quand même !
      On adore marcher et sur la carte, ça semblait peut-être un peu moins long que ce qu’on a fait au final 😉 J’aurais adoré aller voir les quartiers hippie, ce sera pour une prochaine fois… J’ai un peu l’impression d’avoir bâclé notre visite alors qu’il y avait tant à voir… Mais c’est ça aussi de ne pas préparer ses voyages, on a de belles surprises mais on rate aussi des choses ! Comment as-tu trouvé la conduite à SF ? Maintenant que je vis dans un « plat pays » (ha !), les rues en pente et les stops en pleine côte m’ont semblé bien impressionnants.
      Je pense que NY est bien plus prisée parce que depuis l’Europe, 7 heures d’avion, c’est un peu plus facile à encaisser (et abordable) que 12, mais San Francisco m’a fait bien plus grande impression !

      1. On avait pas conduit, ma cousine qui habite sur place avec joué les chauffeurs pour nous. Je peux quand même imaginer que le démarrage en côte là bas ne doit pas être triste ! On avait été aussi impressionnés par la règle de l’angle des roues en parking 🙂

  4. Ces maisons victoriennes sont tellement jolies, je suis sans voix!

    1. Audrey

      Moi aussi j’ai été ébahie par leur belle conservation !

  5. […] San Francisco et Los Angeles, nous comptions emprunter la superbe route panoramique 1… Mais c’était sans […]

  6. Coucou !

    Je viens pour la première fois sur ton blog suite à ton article dans Sous notre toit !
    Je suis partie à San Francisco pendant 10 jours il y a deux ans. Ça a été un vrai coup de cœur, j’ai adoré cette ville et ton article me donne envie d’y retourner !
    J’ai pu visiter Alcatraz et j’ai découvert un quartier super sympa dans SF : Napier Lane, c’est un endroit où on peut admirer des perroquets sauvages, qui y ont élu domicile.
    Un chouette moment. Je n’étais pas emballée par les Etats Unis, et franchement je ne regrette pas cette découverte. Ton road trip donne envie.

    Bisous !

    1. Audrey

      Merci ! Il y a plein de quartiers que j’aurais voulu visiter à SF, comme le quartier hippie et maintenant tu me dis qu’il y a un quartier avec des perroquets ? Waouh !

Leave a Comment