Top 5 des endroits secrets à Lyon

Après les cinq immanquables de Lyon, voici cinq endroits secrets pour les Lyonnais et les autres !

Je pourrais parler de Lyon pendant des heures. Et j’en reparlerai sûrement, ne serait-ce que pour revenir sur la Fête des Lumières ou quelques quartiers des plus sympas. Si tu ne connais pas encore cette ville fabuleuse, je t’encourage à la découvrir au plus vite ! Le blog Lyon City Crunch est tout simplement parfait, que tu y vives ou sois de passage.

Pour cette deuxième chronique ici chez Arpenter le chemin, voici mes cinq endroits pas si connus de Lyon, pour quand tu auras fait le tour de la place des Terreaux, du Vieux Lyon, des Berges du Rhône et de la Confluence.

Le jardin des Chartreux

Sur la colline de la Croix-Rousse, la vue est superbe depuis le haut de la Montée de la Grande Côte. Mais pour une vue encore différente, j’oblique légèrement pour rejoindre le jardin des Chartreux, à quelques centaines de mètres de là. La vue perpendiculaire sur le Vieux-Lyon est phénoménale et digne d’un tableau de la Renaissance.

dscn1871-2

Accès Funiculaire Croix-Paquet, puis suivre tout droit la rue Burdeau puis Annonciade.

L’Île-Barbe

Si tu es dépourvu.e de voiture, il va falloir donner un peu de ta personne pour découvrir l’Île-Barbe, à quelque 6 kilomètres du centre-ville. Mais le jeu en vaut la chandelle. Après une balade en vélo le long de quais de Saône, une île préservée t’attend. Peu de voitures circulent, les maisons semblent issues du Moyen-Âge, l’ambiance est sereine.

ile_barbe_a_lyon

(source : Wikipédia)

Accès En voiture ou en Vélo’V.

Bonus Arrête-toi à l’adorable boulangerie Jocteur, juste en face sur la rive droite, pour reprendre des forces avant de repartir !

Le jardin du Rosaire

Ce jardin qui fait partie du Parc des Hauteurs situé en contrebas de la basilique de Fourvière semble un secret bien gardé malgré sa proximité avec l’un des lieux phare de la ville. Mais les visiteurs accèdent généralement à l’esplanade de Fourvière par le funiculaire et non à pied, et n’ont que peu de chance de tomber par hasard sur ce jardin d’une tranquillité absolue que j’adore, tout en belvédères, terrasses et tonnelles. On sent l’influence religieuse de ce lieu sur la « colline qui prie ».

Ce parc fait aussi un trait d’union entre les amphithéâtres et le musée gallo-romain de Fourvière (que j’adore aussi, mais qui sont loin d’être secrets !) et la montée qui débouche juste sous la Basilique, légèrement plus fréquentée.

_1050459 _1050465

Accès Funiculaire Fourvière, ou depuis le Vieux-Lyon par la montée Saint-Barthélémy.

Le jardin des Curiosités

Si tu es encore sur la colline de Fourvière… Encore un point de vue sur la ville. Ce petit jardin sans prétention est aussi appelé jardin de Montréal, car il a été conçu par des paysagistes de cette belle ville. Il ne paie pas de mine, avec son entrée au fond d’un parking, son allure biscornue avec sa pente raide qui laisse assez peu d’espace pour s’allonger à plat, mais la vue fait tout oublier. Je l’ai découvert à l’occasion d’un festival qui s’y tenait, ce n’est pas le genre de lieu où on tombe par hasard tant il est bien caché.

Depuis le jardin des Curiosités, on plonge sur les toits de Lyon avec une perspective bien différente de celle de Fourvière, et en prime une vue imprenable sur la Confluence.

p1100735

Accès Funiculaire Fourvière. L’entrée est au bout de la place de l’Abbé Larue.

La Confluence

Je t’avais déjà parlé du quartier de la Confluence, grand projet de renouveau d’une friche… Et bien ici, je te parle de la vraie confluence. De l’endroit où se rencontrent Rhône et Saône. Pour y accéder, il faut passer par le côté Saône, et marcher (ou rouler à vélo) longtemps après la dernière station de tram… Mais l’endroit a un charme bien spécial. Nous sommes entourés par l’eau, des rails plongent dans le(s) fleuve(s). L’endroit n’est pas romantique mais surréaliste, et un excellent endroit pour méditer au calme, où on n’est dérangé.e que par quelques coureurs éphémères.

confluences

Cette photo sublime n’est hélas pas de moi, mais du photographe Souleymane, et provient du site Bonjour Lyon.

Le café Gadagne

Le musée Gadagne est discret, on peut facilement passer devant sans soupçonner son existence. Que dire, alors, du café qu’il cache sur son toit, au quatrième étage ? Le genre de café où l’on accède que grâce à une curiosité exacerbée ou par bouche-à-oreille.

Il faut d’abord oser passer l’accueil et le guichet du musée pour arriver à la cage d’ascenseur. Prends l’air fier de la personne qui sait très bien où elle va, et prends à gauche après le guichet. Monte au dernier étage en ascenseur, monte au dernier dernier étage à pied, et te voici au café Gadagne. Un havre de paix, loin du bruit, à flanc de colline, dans ce qui ressemble à un jardin de cloître et en possède assurément la sérénité.

Tu peux t’asseoir à la terrasse du café ou mieux encore, simplement profiter des bancs du jardin, sans consommer. Prends un livre et profite de ce jardin secret, littéralement.

p1120774 p1120772

C’est où ?

Si tu as aimé, n’hésite pas à m’épingler sur Pinterest !

collage-pinterest-endroits-secrets-a-lyon

Si tu as d’autres endroits secrets à partager, je t’attends dans les commentaires !

Related Images

2 thoughts on “Top 5 des endroits secrets à Lyon

  1. Ça fait des années que je me dis qu’il faudrait que j’aille à Lyon. L’occasion ne s’est as encore présentée !

    1. Audrey

      À toi de créer l’occasion 😉 Tu ne le regretteras pas !

Leave a Comment