NOUVEAU-BRUNSWICK // Escapade automnale sur la route des Appalaches

Le deuxième lundi d’octobre, c’est l’Action de Grâce. Un jour férié qui correspond au Thanksgiving américain, célébré de manière un peu anticipée. C’est un long week-end qui marque généralement la toute fin de la saison touristique pour bien des parcs et attractions qui ferment leur portes le lundi soir. Mais surtout, pour les chasseurs de feuilles d’automne et autres amateurs de forêts vermillons, c’est l’apogée des couleurs, la belle rouge au milieu d’un feu d’artifice déjà flamboyant.

Cette année, nous avons pris la route pour une petite escapade sur la route des Appalaches, à la découverte du parc provincial du Mont Carleton, version orangée, mais aussi du village historique de Kings Landing, pour un repas de fête le jour de l’Action de Grâce. Enfilez votre chandail et vos chaussures de randonnées, et embarquez avec nous pour un road-trip aux couleurs de l’automne !

Mont Carleton lac Bathurst Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin.JPG

Sur la route : road-trip d’automne au Nouveau-Brunswick

Entre Moncton et le parc provincial du Mont Carleton, il y a quatre bonnes heures. Honnêtement, je vois souvent la voiture comme un mal nécessaire – moi ce que j’aime, c’est voyager lentement, en van, en train, en bus longue distance… La voiture est trop crue, trop évidente. Mais souvent indispensable, surtout ici où aucun transport public ne relie le mont Carleton au monde extérieur. Mais pour une fois, je n’ai pas vu le temps passer. C’est que la route était flamboyante de toute part, chaque arbre une explosion poétique. Je croyais avoir vu l’automne au Canada, mais sur la route 180, j’ai vu l’Automne.

Ce n’était plus des forêts mais un océan orange que nous avons traversé, chaque mont une vague rouge devant nous, et c’est avec bonheur que nous avons surfé sur les crêtes, descendu des déferlantes dorées, pris des rouleaux fauves sur la tête, prenant à peine notre souffle entre chaque nouvelle déferlante. Je n’avais jamais vu des couleurs pareilles, de mes propres yeux, un orange si fluorescent que nous étions heureux de ne pas être sous le plein soleil, de peur d’être éblouis. Toute trace de vert évanouie, ne restait plus qu’un horizon en camaïeux de roux. Si Vivaldi avait pu se rendre au Canada, c’est sur la route 180 qu’il aurait écrit son concerto sur l’automne. Et laissez-moi vous dire qu’il aurait été autrement plus rock’n’roll.

Mont Carleton Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin route

Sur la route 180

route Mont Carleton Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin

Dans le parc provincial du Mont Carleton

Le parc provincial du Mont Carleton en automne

Pouvez-vous imaginez 17 000 hectares de forêts préservées au cœur des Appalaches du Nouveau-Brunswick ? Difficile de se rendre compte de la taille colossale des forêts qui nous entourent dans le parc provincial du Mont Carleton, et on dit que dix millions d’arbres seraient visibles depuis son point culminant. Pour se rendre compte de l’immensité sauvage qui nous entoure, il faut prendre de la hauteur et tutoyer le ciel. Le parc compte onze sentiers pour tous les niveaux, et quatre sommets notables, dont l’un attirait tous les regards en ce week-end flamboyant : le mont Sagamook.

Les deux fois où je n’ai pas atteint le sommet du mont Sagamook – Premier jour : le mont Sagamook, face ouest

On nous avait prévenus : en automne, mieux vaut oublier le Mont Carleton en tant que tel, et privilégier le mont Sagamook. Le Mont Carleton a beau être le plus haut de la province, il est entouré de conifères et les couleurs y sont moins belles. Du côté du mont Sagamook, en revanche, les couleurs abondent.

Notre choix est tout trouvé : nous irons sur le mont Sagamook. Nous nous attaquons la montagne par la face ouest. On dit que c’est le sentier le plus difficile du parc, et effectivement : le sentier grimpe droit sans s’embarrasser de virages, couvert de racines et cailloux glissants, sans grande occasion de faire des pauses. La montée est intense mais relativement courte : au bout d’une heure sous les bouleaux jaunes, on dépasse la forêt pour arriver dans un chaos rocheux. On se retourne, époumonés, heureux d’un répit.

Oh.

Mont Carleton Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin lac Nictau

Le lac Nictau et sa fameuse île en forme de cœur, la voyez-vous ?

C’est le moment que choisissent des randonneurs pour descendre à notre hauteur.

– La vue est comment, là-haut ?

– Pas tellement meilleure qu’ici. On voit moins bien les lacs.

La messe est dite. Nous restons sur notre rocher, à savourer cette vue phénoménale. Je sais bien, qu’en haut il y a un piton rocheux d’où prendre de belles photos de soi devant le vide, mais rappelez-vous : je cherche le contentement. Et ça tombe bien, cette vue me contente pleinement. Nous l’admirons, pensifs devant l’immensité, une heure durant.

Mont Carleton Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin mont Sagamook

Le temps de déjeuner, et le soleil se voile. Toute envie d’atteindre le sommet s’est diluée dans ce panorama plongeant, nous redescendons, un sourire de Bouddha aux lèvres.

Deuxième jour : le mont Sagamook, face est

Je me suis fait beaucoup de nœuds au cerveau, la veille. Que faire désormais ? Tenter le mont Head ? le mont Bailey ? Ou… retenter le mont Sagamook via une autre face, pour avoir une autre vue ? Le Mont Head est en pleines brumes quand j’arrive au parc, et le mont Bailey ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable. Très bien, je pars vers l’autre face du mont Sagamook, seule, cette fois. Etienne est fatigué, le temps est plus qu’incertain, il est resté au gîte.

J’attaque le mont Sagamook par la face est. Le sentier est un peu moins fatigant, un peu moins raide, même si certains passages sont toujours difficiles pour mes cuisses de randonneuse du dimanche. Au bout d’une heure, j’arrive à un embranchement qui signale un panorama. Une randonneuse monte à ma rencontre.

– La vue est comment, là-bas ?

– Vraiment meilleur qu’au sommet… au sommet il n’y a que de la brume.

Je m’engage donc pour 1 km aller-retour, tout en descente dans un chemin moussu et franchement pas très bien débroussaillé. Je me fraye un chemin, la forêt comme deux rideaux autour de moi. Soudain, une petite falaise.

Oh.

Mont Carleton Mont Head Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin

Le mont Head depuis le belvédère du mont Sagamook.

Derrière moi, des randonneurs qui se demandaient si cela en valait la peine ont dû rebrousser chemin. Personne ne vient troubler ma tranquillité. Je les remercie intérieurement de m’avoir accordé ce moment intime avec la nature. Je suis assise les pieds dans le vide, face à ce mur de toutes les couleurs de l’automne. Le bruit du vent dans les oreilles. Aucune trace d’activité humaine. Rien que la nature primale et gigantesque, sans parasites. C’est terriblement effrayant, et terriblement exaltant, d’être ici en tête-à-tête avec cette vue.

Mont Carleton Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin randonnees

Mont Carleton Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin randonnee

Au bout d’une heure, j’ai les fesses gelées, mais mon petit cœur de fille de l’automne boit cette vue et tente de la graver dans les replis au plus profond de ma mémoire. Cela fait longtemps que je n’ai pas eu une telle émotion. Je suis ivre de couleurs, je tente de mémoriser chaque arbre, chaque explosion de couleurs. J’ai tellement d’étoiles dans les yeux que je ne vois plus l’intérêt d’aller au sommet. Est-ce que ce que je verrai en haut pourra réellement dépasser une telle splendeur ? L’histoire se répète. Je jette l’éponge et je redescends, sans sommet au tableau de chasse, mais parfaitement contentée.

Mont Carleton Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin erables

Que voir d’autre au parc provincial du Mont Carleton 

Ne croyez pas qu’il faille être un randonneur (même du dimanche) pour profiter de la beauté de ce parc bien protégé. En suivant la route autour du lac Nictau, voire jusqu’au lac Bathurst (où je ne suis pas allée), on trouve des points de vue, tables de pique-nique et même une mini-marche (5 minutes montre en main) vers une jolie cascade. Comptez entre 45 minutes et 2 heures pour faire le tour du lac en voiture en vous arrêtant.

Autour du lac Nictau, je vous conseille la plage Armstrong, le sentier des chutes Williams et la plage en face du camping Group. La route elle-même est sublime, avec une canopée tantôt orangée, tantôt dorée. Comme la circulation est limitée à 40 km/h, on peut profiter sereinement de la vue…

Mont Carleton parc provincial Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin

La plage en face du camping Group

parc provincial mont carleton nouveau-brunswick road-trip automne canada voyage arpenter le chemin

Les chutes Williams

Mont Carleton Nouveau-Brunswick Canada Acadie road-trip automne blog voyage road-trip arpenter le chemin feuilles automne

Depuis la plage Armstrong

Où dormir à Saint-Quentin NB

Peu d’options à Saint-Quentin, mais le gîte du Repos a fait une base parfaite. À 10 km de Saint-Quentin, sur une route isolé, il est d’un calme royal… Au choix, des petits studios ou des chambres se partagent une cuisine toute équipée. Nous en avons d’ailleurs profité pour cuisiner nos repas, mais si vous préférez manger à Saint-Quentin, votre meilleure option est le Restau Pub Sportif, avec une carte variée. Petit-déjeuner à faire soi-même fourni (pain, œufs, muffins, céréales…). En octobre 2017, 125 $ la chambre queen.

  • Gîte du repos, 59 Rang 18 sud, Saint-Quentin. Grand panneau immanquable à l’embranchement avec la route 180.

Réserver au gîte du repos à Saint-Quentin

Infos pratiques sur le parc provincial du Mont Carleton

En 2018, le parc était ouvert du jour de la Reine à l’Action de Grâce (8 octobre). L’entrée est de 10 $ taxes comprises par véhicule, à payer impérativement en liquide (pas de terminal de carte bancaire au parc).

  • Accès via la route 180, puis 385 en direction du sud. Faites le plein (d’essence, d’eau, de nourriture…) à Saint-Quentin ou à Bathurst, car il n’y a rien sur place hormis de belles montagnes. Ouvert de 8 h à 20 h.

Arrêt insolite : le pont couvert de Hartland

Entre Saint-Quentin et Fredericton se trouve une curiosité : le plus long pont couvert au monde. À 5 minutes de l’autoroute, il fait une petite pause étonnante et en été, les attractions du village méritent sûrement une pause déjeuner.

Saviez-vous pourquoi, dans l’ancien temps, on recouvrait les ponts ? Si la légende veut que ce soit pour donner aux amoureux en calèche l’occasion d’échanger de furtifs et chastes baisers (la plupart datent du XIXe siècle et début du XXe), la réalité est plus prosaïque : il s’agissait avant tout de protéger la structure de ces ponts en bois des cruelles intempéries canadiennes.

Hartland détient le plus pont couvert au monde, du haut de ses 390 mètres de long. Je vous invite à le traverser via la coursive pour vous rendre compte de la prouesse architecturale.

pont couvert hartland nouveau-brunswick canada road-trip automne

hartland pont couvert canada nouveau-brunswick road-trip voyage arpenter le chemin

  • Accès : suivre le pictogramme « pont couvert » (si, si, ça existe !!) depuis la sortie 172 de l’autoroute transcanadienne. Comptez 5 minutes jusqu’à apercevoir le pont.

L’action de grâce à Kings Landing

Kings Landing, Kings Landing… ai-je été transportée à Port-Réal, dans la capitale des sept Royaumes ? Si j’ai effectivement fait un saut dans le passé, ce n’est pas vers l’univers médiéval du Trône de fer, mais plutôt vers un Nouveau-Brunswick du XIXe siècle.

Je n’étais jamais venue à Kings Landing, qui offre une reconstitution d’un village historique de l’ancien temps. Comme j’avais tort ! J’ai beaucoup aimé cette visite historique sur un site étonnamment grand. Le village est très agréable, pimpant sous le soleil d’automne. Peut-être est-ce l’ambiance de récolte qui sied particulièrement bien à une mise en scène historique, ou ma propre attirance pour tout ce qui peut me rapprocher de mon héroïne Laura Ingalls, mais j’ai véritablement été transportée dans le temps. Je parle de « reconstitution » car ce village est monté de toutes pièces, mais les bâtiments, eux, sont authentiques, transportés ici pour être mis en valeur.

Sublime moulin parfaitement fonctionnel. L’intérieur et ses rouages géants étaient tout aussi fascinants.

kings landing canada nouveau-brunswick automne thanksgiving blog voyage road-trip arpenter le chemin

Laura Ingalls n’a qu’à bien se tenir ! Idée géniale d’offrir la possibilité d’essayer de beaux atours.

Les interprètes ne donnent pas dans la comédie même s’ils restent dans la peau de leur personnage. Ainsi, Benjamin, qui prépare des fleurs pour les bouquets d’hiver, m’invite à la fin de son explication botanique à aller voir la maison des Ingraham, où Lucy m’en donne quelques graines à planter ce printemps. Des visiteuses souhaitent plus d’informations sur le tressage des chapeaux, et Lucy s’éclipse prestement. Dans les chemins, des dames en capeline nous saluent d’un « Good day » tandis que des carrioles transportent enfants et personnes âgées d’un bout à l’autre du parc. Dans une maisonnette, on peut essayer des habits d’époque et se prendre pour des pionniers. L’imprimeur me montre comment fonctionne une presse à imprimer. Le tout sur fond d’odeur de feu de bois et de couleurs d’automne… je me régale.

Kings landing Fredericton canada nouveau-brunswick road-trip voyage arpenter le chemin

Un petit air de peinture flamande, vous ne trouvez pas ?

kings landing canada nouveau-brunswick automne thanksgiving blog voyage road-trip arpenter le chemin (2)

En parlant de régal, nous sommes d’ailleurs pour le festin des moissons à l’occasion de l’Action de grâce. Chaque année, Kings Landing organise deux célébrations, avec plusieurs dates chacune : le dîner victorien et le festin des moissons. Tous deux proposent un menu d’époque pour célébrer l’Action de grâce en voyageant dans le temps. Nous avons choisi le festin des moissons pour ses longues tablées et son ambiance bon enfant.

Le repas commence par un authentique bénédicité, d’ailleurs suivi avec ferveur par les trois quarts des convives, et les plats arrivent vite. Tout est servi en même temps : purée de pommes de terre et de courge, tourte aux courgettes (l’histoire ne dit pas combien de fois je me suis resservie…), salade et pour les carnivores, tourte au poulet, morceaux de faisan, gibier, bœuf et poulet. Pour le dessert, tourte à la courge, pain d’épice et du « blanc neige », sorte de crème anglaise épaisse… Nous repartons le ventre agréablement tendu et avons d’ailleurs jeûné jusqu’au lendemain !

festin moissons harvest home long table feast kings landing fredericton nouveau-brunswick canada road-trip

kings landing canada nouveau-brunswick automne thanksgiving blog voyage road-trip arpenter le chemin (1)

Infos pratiques pour Kings Landing

  • Entrée pour un adulte : 17,99 $, entrée pour une famille (2 adultes et 2 enfants) : 42,05 $
  • Ouvert tous les jours de 10 h à 17 h de début juin à l’Action de grâce. Le site est désormais fermé mais il organise un repas de Noël probablement tout aussi savoureux.
  • Accès : 5804, route 102, Prince William, juste à la sortie 253 de l’autoroute transcanadienne. Comptez 20 minutes depuis Fredericton et 2 h depuis Moncton.

À faire autour de Fredericton

Nous avions prévu d’aller cueillir des pommes mais le temps était si doux et la journée si belle que nous sommes restés de bon coeur à Kings Landing pour profiter de notre visite. Pour l’an prochain, sachez toutefois que le verger Sandow Farm est le seul verger biologique du Nouveau-Brunswick et qu’en plus, le week-end, il est possible d’y presser du jus de ses propres pommes !

  • Sandow Farm, 684 Tripp Settlement Road, Keswick Ridge, NB, Tél. : 506.363.2262

Où dormir à Fredericton

Nous sommes rentrés chez nous à Moncton le soir même, mais si vous souhaitez dormir à Fredericton, je vous conseille l’hôtel Crowne Plaza Lord Beaverbrook, que j’ai eu l’occasion de tester cet été. Un bel hôtel sur le front de fleuve, avec un petit-déjeuner gargantuesque, à deux pas du centre-ville à pied.

  • Crowne Plaza Fredericton Lord Beaverbrook, 659 rue Queen, Fredericton

Réserver au Crowne Plaza Fredericton Lord Beaverbrook

Comment venir au Nouveau-Brunswick

Depuis la France, il est désormais possible de venir aux portes du Nouveau-Brunswick grâce au vol direct Westjet Paris-Halifax. Vols quotidiens du 1er juin au 31 octobre 2019. En plus d’un vol plus rapide (6 h au lieu de 7 h pour arriver à Montréal), Halifax n’est ensuite qu’à deux heures de route du Nouveau-Brunswick. Elle est pas belle la vie ?!

Oyez, oyez. Ce billet a été réalisé en partenariat avec Tourisme Nouveau-Brunswick. Ce billet contient aussi des liens affiliés.

 

randonnees automne canada nouveau-brunswick road-trip blog voyage arpenter le cheminautomne nouveau-brunswick mont carleton canada road-trip blog voyage arpenter le cheminautomne appalaches nouveau-brunswick mont carleton canada road-trip blog voyage arpenter le chemin

 

Related posts

6 thoughts on “NOUVEAU-BRUNSWICK // Escapade automnale sur la route des Appalaches”

  1. C’est drôle, j’ai entendu parler de Kings Landing pour la première fois la semaine dernière! Je ne connaissais pas mais ça semble un lieu historique vraiment intéressant.

    1. Audrey

      Les interprètes participent énormément au charme de l’endroit ! Il me tarde d’ailleurs de visiter le village historique de Caraquet, sur le même principe, mais que je n’ai pas encore visité en pleine saison.

  2. Quel road trip au temps des feuilles! C’est un plaisir de vous lire, et ces photos, un régal pour les yeux.

    1. Audrey

      Votre commentaire me va droit au coeur, je suis ravie que mon billet vous plaise 🙂

  3. La Poze

    Magnifique toutes ces couleurs ! ça donne envie de découvrir cette partie du Canada !

    1. Audrey

      Je t’invite à venir par ici l’an prochain, tu ne le regretteras pas ! Cette province gagne vraiment à être découverte 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.