Road-trip américain : balades autour des lacs de la Sierra Nevada

Bonjour à tous ! Après notre traversée de la Vallée de la mort, nous avons la surprise de nous trouver nez-à-nez avec la Sierra Nevada. Certains diront qu’on n’avait pas vraiment préparé notre voyage… et c’est vrai ! On ne s’est pas vraiment posé de questions. On savait que les parcs Yosemite et Sequoia étaient inaccessibles à cause de la neige, mais de là à en déduire qu’ils étaient en montagne… Notre cerveau n’a pas fait le lien (on dira que c’est l’effet « j’habite au bord de la mer au Canada sous un mètre de neige »).

titre lac mono

Du désert et de la chaleur, nous sommes passés à des paysages hivernaux, sérieusement enneigés, donnant encore un peu plus de diversité à notre petit road-trip. Quand je dis « petit », c’est affectueux, hein.

Nous avions prévu de faire la route entre Lone Pine et le lac Tahoe en deux jours, mais il faut croire que la principale saison touristique est l’été : sur notre route, nous n’avons trouvé que motels fermés ou motels profitant outrageusement de la situation pour proposer des chambres hors de prix. Résultat : une grande journée de route pour arriver à Gardnerville, où nous nous sommes posés épuisés à 25 km du lac Tahoe. Pour autant, la route est un plaisir, avec de nombreux cols, la Sierra Nevada immaculée et écrasante, et quelques arrêts en chemin. À nouveau, le spectre d’une tempête hivernale nous a fait rester moins longtemps que prévu avant d’enchaîner sur San Francisco.

Lac Mono

En chemin, le lac Mono fait un arrêt magique. Le site propose des petits sentiers avec panneaux d’interprétation pour comprendre qu’on est bien à l’un des lacs les plus vieux du monde : 700 000 ans au compteur. La curiosité locale, ce sont les « tufa », des formations calcaires pas vieilles comme le monde, mais presque. Le silence règne, il n’y a qu’un minuscule village au alentours. Les touristes ne se bousculent pas, loin de là.

L’endroit est magnétique, sorti du fond des âges. L’étrangeté des lieux est renforcée par la salinité des eaux, qui n’ont rien à envier à celle de la Mer Morte. La teneur en sel rend l’eau « lourde », huileuse, immobile. Rien ne bouge à la surface de ce lac sanctuaire. Les conditions sont réunies pour de belles photos, mais au-delà du joli arrêt photo, on ne peut que s’arrêter pour contempler ce bout de Préhistoire figé dans le temps.

_1240490 (2) _1240486 (2) _1240483 (2) _1240477 (2)

Lac Tahoe

Le lac Tahoe va sûrement rester un souvenir impérissable de notre voyage… mais pas forcément pour les bonnes raisons ! Ceux qui nous suivent sur Instagram connaissent nos péripéties, qui nous ont coûté presque une journée et 320 $. Mais commençons par le début.

Le lac Tahoe est un bel endroit, un lac de montagne dans toute sa splendeur, très prisé des habitants de Sacramento et San Francisco toutes proches, parsemé de vraies stations de ski sur son pourtour. Pour autant, toutes les routes ne sont pas de larges avenues comme c’est souvent le cas aux États-Unis. Quand nous sommes arrivés à Emerald Bay, nous avons vu plusieurs voitures garées à proximité d’un belvédère et nous ne nous sommes pas méfiés. Pas une seule seconde.

_1240502 (2)

N’écoutant que notre envie de nous dégourdir les jambes, nous sommes sortis prendre quelques photos. Oh, la belle baie ! Oh, le beau petit sentier ! Une demeure d’inspiration norvégienne au bord du lac ? Et si on y allait ?

Sans réfléchir, nous voilà partis pour une heure de marche, à destination de Vikingsholm, une demeure construite par une Norvégienne émue à la vue de cette baie qui lui rappelait sa terre natale. Nous nous émerveillons des vitraux, du toit végétalisé, de l’incongruité de cette maison à tourelle sur les bords d’un lac des Rocheuses. Nous prenons quinze minutes pour méditer devant la petite île à quelques encablures du point de vue. Nous nous prenons pour des Jedi avec des stalactites de glace.

_1240508 (2)_1240533 (2)_1240527 (2)_1240517 (2)

Et nous remontons. Et… rien. Plus aucune voiture. Aucune. Par contre, on voyait très bien le panneau « TOW AWAY » (zone de remorquage) maintenant que le gros truck devant nous n’était plus là.

Titine ?

Youhou, Titine ? Tu joues à cache-cache ?

Titine avait été remorquée manu militari, sans états d’âme, par… à ce stade de l’histoire, on ne savait pas vraiment qui. Et comment ont-ils vu que nous étions des contrevenants dans cette zone déserte ? Caméra ? Hasard d’une patrouille ? Dénonciation ?

Peu importe. Pour l’instant, nous étions à 25 km de toute civilisation en pleine montagne, dans une saison pas franchement touristique, et surtout, sans aucune idée d’où pouvait bien être Titine. Au sud ? Au nord ? Embarquée par la police ? Par le comté d’ici ? Le comté de là ?

Bref, la galère TOTALE.

Une bonne âme nous a prise en stop en nous posant au McDo le plus proche (source de Wifi). Mais nous n’avions toujours pas la moindre idée d’où commencer nos recherches. Une deuxième bonne âme nous a indiqué une entreprise de remorquage – coup de chance, c’est elle qui a Titine. Il a ensuite fallu appeler l’agence de location, pour régulariser la situation. Rappeler les remorqueurs. Marcher pour aller récupérer notre bien-aimée. Par chance, les kidnappeurs sont tout près de l’endroit où nous avions été déposés.

Une heure et 320 $ plus tard, nous étions de retour sur la route – ayant acquis à l’occasion une paranoïa vis-à-vis du stationnement et des amendes, et perdu notre moral pour la journée. Nous avons fini par simplement nous poser à l’hôtel, profitant de son jacuzzi sans réserve. Mais le cœur n’y était plus. On n’avait plus envie d’aimer le lac Tahoe, alors que sur le papier, cette région semblait si intéressante. Allez, pour être honnête, une fois remis de nos émotions, on a quand même bien aimé la petite station de ski où on logeait (South Lake Tahoe), qui nous rappelait les Alpes.

_1240540 (2)_1240538 (2)

Je conclurais en disant que le lac Tahoe semblait ne pas vouloir de nous, en nous gratifiant d’une tempête de neige suffisante pour couper toutes les routes des environs sauf une. À la réflexion, peut-être voulait-il au contraire nous garder en nous privant de notre moyen de locomotion ? Le lendemain matin, après 30 minutes de conduite de montagne sans pneus neige ni chaînes, nous avons poussé un grand soupir de soulagement en arrivant enfin en plaine.

Cette fois-ci, la coupe était pleine ! Finie de rire, on allait se reposer un peu à San Francisco ! Restez dans les parages pour notre visite de cette ville superbe !

Bonne nuit

3 Peaks Resort & Beach Club, 931 Park Ave, South Lake Tahoe Un excellent hôtel ! Pour 44 $ la nuit sur hotels.com, nous avons eu droit à une jolie petite chambre d’inspiration chalet, à deux pas du centre-ville et des remontées mécaniques, avec un jacuzzi extérieur. Parfait !

_1240535 _1240562

 

Et toi, tu as déjà perdu ta voiture aux mains de la fourrière ? Ou eu de grosses galères en voyage ? Viens partager tes misères dans les commentaires !

 

Related Images

11 thoughts on “Road-trip américain : balades autour des lacs de la Sierra Nevada

  1. Les images sont superbes!

    1. Audrey

      Merci Anne ! Ce petit lac était très photogénique.

  2. La Sierra Nevada est un coin sublime de la Californie. J’ai moi aussi eu un gros coup de cœur pour le Mono Lake mais également pour l’Ancient Bristlecone Pine, un endroit où l’on trouve des arbres vieux de 4000 ans. Je ne sais pas si tu connais ?
    Par contre moins cool pour le remorquage de votre voiture, ils ne font aucun cadeau là-bas…

    1. Audrey

      Je ne connais pas du tout l’Ancient Bristlecone Pine, on a raté ça. Ce sera pour une prochaine fois !
      C’est certain qu’on n’a eu droit à aucune pitié pour la voiture mais en même temps… on était en tort, on ne le nie pas.

      1. En même temps il y a tellement de choses à voir en Californie que c’est impossible de tout faire en un seul roadtrip…

  3. MDR! Je ne rigole pas trop fort car ça m’arrive aussi d’être un peu à l’Ouest 😀 très belles photos!

    1. Audrey

      Lol on était littéralement à l’ouest 😉

  4. Cette région a l’air sublime et vos photos le prouvent. Je rêve de la découvrir un jour… en été… dans un endroit où le stationnement est permis ;)) Je compatis !!

    1. Audrey

      Si on met de côté nos malheurs, objectivement, la région est très belle et j’imagine à peine le spectacle qu’on doit avoir au détour des sentiers de randonnée. Garde notre mésaventure à l’esprit quand tu t’y rendras 😉

  5. […] vif dans ma mémoire, mais le moment où on s’est rendus compte que notre voiture avait été enlevée par la fourrière au lac Tahoe est un très mauvais souvenir. Le moment où tout bascule… et où tu es tout nu […]

  6. […] Sierra Nevada avec les lacs Mono et […]

Leave a Comment