Voyage gothique, mode d’emploi

Vous ne le savez peut-être pas, mais il y a toujours en moi quelque chose de gothique. À l’ado dégingandée avec son manteau noir à la Matrix et son chapeau à l’Amélie Nothomb a succédé une trentenaire toujours passionnée par l’arsenic et les vieilles dentelles, les cimetières et les sorcières, les sciences mortuaires et l’esthétique victorienne. On le voit plus ou moins selon les jours et mon humeur, mais j’ai toujours des chauve-souris dans les idées (et peut-être bien une araignée au plafond). Suite à une discussion fort intéressante avec des comparses blogueuses elles-mêmes passionnées par d’autres temps, je me suis dit que faire un topo sur le voyage gothique pouvait être une bonne idée. Parce que figurez-vous, ce n’est pas parce qu’on est gothique qu’il faut se priver de voyager et que mieux encore, on peut voyager en suivant ses passions.

Voyager quand on est gothique, ce n’est pas forcément différent de voyager tout court. On achète un billet d’avion ou de train, on prend avec soi son passeport et son appareil photo, on s’émerveille devant la beauté du monde. Qu’est-ce qui nous distingue, alors ?

Dans la valise du voyageur goth

« Le noir est une couleur si joyeuse », disait Morticia Addams. Et Mercredi Addams de renchérir : « j’arrêterai de mettre du noir le jour où on trouvera une couleur plus sombre ». Je ne peux qu’approuver. Toutes les nuances de noir, du noir presque anthracite au noir le plus sombre, celui qui crée des trous noirs vestimentaires sur les photos, je les veux tous.

Pas toujours évident de s’habiller uniquement en noir en voyage – ce n’est pas forcément bien vu dans toutes les cultures. À New York ou à St-Pétersbourg, on se fond dans le décor. Dans les grandes villes japonaises, les gothic lolitas sont certes en perte de vitesse, mais les excentricités vestimentaires ne font guère sourciller. Mais dans la campagne canadienne, où le jean et les tee-shirts clairs sont la norme, on peut détonner. Je me souviens de ma première incursion au Nouveau-Brunswick, presque toute de noir vêtue – et d’avoir entendu deux passants commenter « pourquoi elle est déguisée, celle-là ? ». Au Guatemala, où les tenues sont de vrais feux d’artifice, s’habiller tout de noir empêche irrémédiablement de se fondre dans la foule.

En voyage, j’essaie de diluer vaguement ma garde-robe avec des vêtements noirs et blancs, voire rouge ou violet quand je vais sous les tropiques, histoire de moins défriser. Mais pas question de faire l’impasse sur la dose de crème solaire pour protéger mon teint victorien, par contre.

voyage gothique vetements noirs blog voyage canada arpenter le chemin halloween

Bonjour, moi c’est Audrey, je m’habille comme une vieille Sicilienne. Et J’AIME ça.

Où aller quand on est gothique ?

Certaines destinations sont fondamentalement non gothiques. Ibiza et ses raveurs ? Tahiti et sa joie de vivre ? Tout ce qui touche de près ou de loin à une plage de sable blanc, du soleil éclatant et de la bonne humeur vient brûler notre peau de vampire,

Non, quand on veut voyager en suivant son cœur gothique, on privilégie les destinations emplies de brume où dissimuler notre spleen et réciter du Rimbaud. Les destinations ayant connu la grande époque victorienne, avec leurs manoirs hantés et leurs sorcières, où flotte encore un peu l’âme d’Edgar Allan Poe. Les destinations riches d’un folklore peu engageant, où rôdent le golem et les goules, les vampires et les mythes, où le monde de la nuit côtoie celui des vivants, celui cher à Maupassant. Voici quelques idées.

Prague Republique tcheque cimetiere blog voyage arpenter le chemin

Vieux cimetière juif de Prague, République tchèque

Le voyage gothique côté culture

Aux États-Unis, la Nouvelle-Angleterre est nourrie aux sorcières et aux mondes des morts. La famille Addams, Stephen King, Halloween font partie de l’imaginaire local. Salem (Massachussetts) est une destination incontournable en octobre et mise tout sur un tourisme ésotérique, avec diseuses de bonne aventures et visites guidées fantomatiques. Le Maine est bien ancré dans l’imaginaire comme étant le fief de Stephen King et bon nombre de films adaptés de ses romans y ont été tourné.

Tout gothique qui se respecte aime les cimetières. Avez-vous déjà visité un cimetière nord-américain ? Ils sont presque trop guillerets pour être vrais, avec leur verdure pimpante. Côté européen, on trouve de très beaux cimetières comme le vieux cimetière juif de Prague, le Père-Lachaise évidemment. À Londres, le cimetière de Highgate est réputé pour ses beaux monuments funéraire.

En Europe, Prague a son golem, Édimbourg ses châteaux hantés, Paris a ses catacombes et Londres aime son folklore macabre à la sauce Conan Doyle. On est en droit de se demander jusqu’à quel point pousser le vice ? Les « visites hantées » avec leurs sursauts bas de gamme pour étudiants avinés ne m’intéressent pas vraiment, mais une visite qui explore des catacombes sans grandiloquence et avec respect pour les personnes qui y passent leur dernier séjour, j’adore.

Maine Stephen King Bangor blog voyage arpenter le chemin

Résidence de Stephen King à Bangor, Maine

Le voyage gothique côté nature

Parce qu’on peut être gothique et aimer randonner et la nature, les forêts mythiques comme Brocéliande font un bon compromis, nous invitant à aller chercher les frissons et les légendes dans un environnement préservé. Plus c’est moussu, plus la brume est épaisse au petit matin, mieux c’est. On veut du ciel ténébreux, des orages dans le lointain, de l’atmosphère que diable ! Et s’il y a quelques sylves ou korrigans dans les parages, c’est le paradis. Peut-on être gothique et croire au paradis ? Je vous laisse juge…

La Transylvanie est une belle région de Roumanie toujours hantée par l’esprit de Dracula de Bram Stoker. Dans la réalité, l’inspiration pour le comte, Vlad Tepes, ne vivait pas en Transylvanie. Mais je ne cautionne pas du tout les pèlerinages sur des lieux d’atrocités – pas question d’inclure Auschwitz dans un périple gothique. Car qui dit gothique, dit surtout romantique nourrie de littérature et d’oeuvres de l’imaginaire, et on préférera rechercher l’ambiance évocatrice d’un roman de vampire que de suivre religieusement les traces d’un tueur en série.

Le voyage gothique côté festivals

Une bonne partie du monde célèbre les morts d’une manière ou d’une autre. Le Dia de los Muertos ou Obon au Japon… Ce qui me plaît dans les autres cultures, hormis le fait de me sentir observatrice et donc détachée émotionnellement en comparaison à un festival ancré dans mes racines comme, disons, la Toussaint, c’est leur côté macabre festif.

Le festival gothique par excellence reste cependant Halloween, avec tout son folklore : sorcières, citrouilles, âmes qui reviennent le temps d’une nuit, esthétique victorienne… j’aime TOUT dans Halloween ! Le vivre pour la cinquième fois en Amérique du Nord est une vraie joie et j’articule mes dates de voyage pour ne pas manquer cette belle célébration. Cette année, c’est d’ailleurs bien raté, puisque je serai entre deux avions en Asie, et mon petit coeur mélancolique saigne à cette idée (mais les billets étaient vraiment moins chers à cette date !).

 

La destination gothique par excellence

En Europe, l’Écosse est une destination de choix qui a tous les atouts : les landes désolées du Chien des Baskerville, les châteaux hantés, les catacombes d’Édimbourg et même un monstre marin. Londres est une deuxième destination incontournable, pétrie de mythes victoriens à la Jack l’Éventreur. Quand tombe le brouillard sur la capitale britannique, on se croirait au temps de Mary Shelley.

ecosse edimbourg edinburgh blog voyage arpenter le chemin

J’espère vous avoir donné quelques idées pour gothifier (oui farpaitement, « gothifier ») vos voyages avec ces idées. Et n’oubliez pas que surtout, sous leurs atours austères et leurs idées noires, les gothiques essaient de ne pas trop se prendre au sérieux… 🙂

voyage gothique blog voyage arpenter le cheminvoyageuse gothique blog voyage arpenter le cheminvoyage gothique blog arpenter le chemin conseils

 

Related posts

8 thoughts on “Voyage gothique, mode d’emploi”

  1. Mais qu’est ce que j’aime cet article ! Je me reconnais en tout point , MOI AUSSI je suis une ex Morticia restée férue de brumes et d’esprits ! L’Allemagne à Halloween, c’est top aussi 🙂

    1. Audrey

      Je n’associais pas l’Allemagne à Halloween mais tu m’intrigues ! Cela dit, les châteaux allemands sont empreints de romantisme et doivent se prêter à merveille à une humeur mélancolique en automne.

  2. super article, ça donne vraiment envie

  3. […] chagrine a jeté un voile maussade sur notre humeur. Mais je ne retrouve pas l’essence du voyage gothique dont je parlais la semaine dernière. Ici, je n’ai pas trouvé de rêveries romantiques […]

  4. Je reste étourdie! j’adore cet article! Loin de tout côté gothique, j’apprécie néanmoins certains aspects et attraits mentionnés ici: les cimetières de La Recoleta à Buenos Aires, de Zinacantan dans l’état de Oaxaca au Mexique pendant Dia de Muertos, Dia de Muertos justement à célébrer au Mexique ou encore la visite guidée hantée du centre de Québec ont largement attisé ma curiosité.

    Ce billet est superbement illustré et je le trouve ultra original! Une belle idée!

    1. Audrey

      Ravie de t’avoir montré un pan de cette sous-culture 🙂 J’avais suivi avec attention tes photos du Dia de Muertos en bavant très légèrement – je rêve d’y aller en 2019, cela me semble un superbe festival « macabre festif », et encore authentique pour l’instant.
      Même sans être gothique, les cimetières sont toujours des lieux fascinants, non ? Ils sont tellement ancrés dans leur culture qu’ils en disent long sur le pays visité. Dès que c’est possible sans verser dans le voyeurisme ni froisser les populations, j’adore les visiter.

      1. Tout à fait d’accord avec toi!
        Comme je crois te l’avoir déjà mentionné, pense Día de Muertos 2019 dans l’état de Oaxaca ou du Chiapas, les 2 états à le fêter plus grandement et depuis plus longtemps

        Et « Coco, » que ce soit dans l’avion ou à la maison, j’adoooooore!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.