Que faire de son animal quand on voyage ?

Si tu as un animal de compagnie, je suis sûre que tu t’en déjà posé.e la question : et quand on part, quid de Médor/ Duchesse/Bubulle/Lapinou ?

Nous sommes nombreux à avoir des animaux de compagnie, et cette question n’a rien d’anodin. Elle révèle plutôt les maîtres responsables, soucieux du bien-être de leurs animaux. La formule idéale allie animal heureux et budget léger, mais sauf à avoir des amis qui aiment les bêtes et sont toujours partants pour accueillir tes bestioles à chaque fois que tu décolles deux mois à Bali ou au Nicaragua, il n’y a pas de réponse facile. Et évidemment, évidemment, pas question du tout d’abandonner qui que ce soit sur une aire d’autoroute ou dans les bois (qui fait ça sérieusement ?). Je cherche encore la formule idéale pour ménager animal et finances, et je compte d’ailleurs sur toi pour me donner tes astuces dans les commentaires.

titre animal voyage

Dans ma ménagerie, Dora est très casanière ; tel un Sheldon Cooper félin, elle a sa place, son fauteuil, son plaid, et ses genoux et bidon préférés (les miens). Indiana, lui est à l’affût du moindre de nos mouvements qui pourraient éventuellement laisser entendre que peut-être, on va sortir : un tressautement de la jambe, un coude levé trop haut peut-être, et le voilà sourire aux babines et queue frétillante devant la porte. Tant de déceptions dans une vie de chien…

Il est évident qu’avec un caractère aussi différent, on n’envisage pas le voyage pareil avec ces deux-là. Voici quelques solutions que nous avons essayées.

La garde chez des amis

Quand Dora était jeune, on la confiait volontiers à des amies qui pouvaient alors assouvir leurs plus bas instincts et câliner ce petit bout de chat à n’en plus finir. Cela peut donner lieu à des scènes cocasses quand tes amies pleines de bonne volonté n’ont pas l’habitude et t’appellent en panique parce que ton chat fait la grève de la faim.

  • Avantage : tu sais que ton animal est sous surveillance et tes amis peuvent s’en donner à cœur joie pour les câlins.
  • Inconvénients : si ton animal est casanier, il va se sentir déraciné. Si tes amis se rendent compte à mi-parcours qu’il ne s’entendent pas avec ton compagnon, ça peut poser des problèmes.
  • Coût : gratuit hormis la nourriture du fauve ainsi qu’un bon repas, des chocolats ou un souvenir de voyage pour témoigner de ta gratitude envers les bonnes âmes que sont tes amis.

_1040632

La garde à domicile chez nous, par des professionnels

Une solution qu’on emploie souvent pour Dora, surtout pour les longues absences, quand c’est un peu délicat de demander aux copains de venir tous les jours pendant trois semaines. Une professionnelle vient trente minutes pour nourrir, nettoyer la litière et jouer… si l’animal coopère (Dora ! Je te regarde ! Coopère !).

  • Avantages : l’animal n’est pas déraciné et on est sûrs que la personne viendra tous les jours quoi qu’il arrive. Avoir un professionnel signifie aussi avoir une assurance s’il arrive quelque chose au chat, et quelqu’un pour relever le courrier et vérifier si la maison va bien en notre absence. Quand, alors que nous étions au milieu du Nevada, une canalisation a sauté et qu’on a eu un dégât des eaux, on était bien contents d’avoir quelqu’un pour s’en rendre compte assez vite et en aviser notre propriétaire.
  • Inconvénient : le chat est quand même seul 23 heures trente par jour : il va avoir à tendance à s’ennuyer sur une longue absence. C’est une solution très coûteuse pour un chien, car il lui faut plusieurs visites par jour.
  • Coût : une douzaine d’euros ou entre 10 et 17 $ la visite de trente minutes pour un chat, 25 $/visite pour un chien.

P1060011

La garde à domicile chez nous, par des amis

Configuration qui peut fonctionner sur une courte durée (disons une semaine au maximum), demander aux amis de passer régulièrement ou carrément d’emménager chez toi. S’ils viennent de loin, c’est encore mieux : ils bénéficient d’un hébergement gratuit en échange de bons soins.

  • Avantages : c’est gratuit, et tes amis peuvent tester en situation s’ils sont faits ou non pour adopter un animal.
  • Inconvénient : si ça ne se passe pas bien, tes amis peuvent se sentir en huis clos avec ton animal et ne retenteront pas l’expérience deux fois.
  • Coût : gratuit, hormis pour le remerciement bien normal

WP_20160625_14_55_25_Pro

Le chenil

La solution qu’on privilégie pour Indiana. On le pose le matin, on le récupère le lendemain, deux jours ou trois semaines après.

  • Avantage : Il est surveillé par des professionnels et surtout, il peut jouer avec d’autres chiens. C’est excellent pour la sociabilisation et la forme physique. Quand on le récupère, il met généralement deux ou trois jours à reprendre un rythme normal.
  • L’inconvénient, c’est le budget. À 30 $ la nuit, cela monte très vite. Imaginez un peu : pour 21 nuits aux États-Unis, même avec une petite promo, on s’en est sortis pour 600 $. Presque autant que le billet d’avion.

Mon chenil préféré, c’est Elite Puppy Suites à Dieppe, NB (qui ne m’a pas payée pour écrire ça) : compter 30 $ la nuit. Indiana est ravi d’y aller et n’a pas un regard pour nous quand on le dépose, cet ingrat.

WP_007991 (2)

Prendre la bête avec nous

Tout bêtement, selon le séjour, mieux vaut encore prendre Indiana avec nous (Dora est éliminée d’office pour cette solution). Cela demande un peu plus de préparation en amont pour trouver des établissements qui acceptent les chiens (chose assez rare), mais cela en vaut la peine.

J’ai testé cette formule lors de mon long week-end sur l’Île de Grand Manan et même si cela demande des aménagement en fonction du rythme du pitou qui va forcément avoir envie d’aller chasser les mouches quand moi j’aurai envie d’une sieste, se balader avec son compagnon à quatre pattes et être fourbus tous les deux le soir venu était une belle expérience.

C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles je cherche un van pour cet été : voyager en symbiose avec son chien, ça fait rêver, non ? Pour autant, ça ne se prête pas à tous les voyages, et je me vois mal l’emmener en avion pour une escapade urbaine à Ottawa avec son gabarit de bébé ours.

  • Avantages : partager de beaux moments avec notre chien
  • Inconvénient : demande de l’organisation
  • Coût : un petit surcoût pour l’hébergement, probablement, mais sinon, pas plus qu’une escapade classique, voire moins puisque tu vas avoir du mal à aller au restaurant ou au musée avec ta boule de poils.

WP_008088 (2) _1190060 (2) _1190083 (2)

Chien fatigué, chien heureux… et maîtresse heureuse aussi !

À tester : la garde du chien chez des amis et la garde à domicile chez nous par des gardiens professionnels (house-sitters). Si tu as essayé, je veux bien tes impressions dans les commentaires !

Related Images

7 thoughts on “Que faire de son animal quand on voyage ?

  1. La grande question! Je crois qu’on a aussi tout testé… pour les chinchillas il suffit que quelqu’un passe tous les 2-3 jours pour changer l’eau et donner à manger et ca le fait. Elles sont 2 donc déjà en temps normal elles font leur vie, c’est pas trop chiant.
    Par contre le lapinou, la terreur … au début on demandait à des connaissances de passer tous les jours pour vérifier que tout ca bien, mais comme tu dis même dans un Grand parc notre animal s’ennuyait et refusait de se laisser caresser. On a tente la pet Sitter qui avait le même rôle que nos copains avec en plus le changement de litière et le ménage quand on est parti 3 semaines. C’était nickel mais la aussi le lapin s’est ennuyé…
    Dernier voyage des copains ont insisté pour le prendre chez eux. Clairement la meilleure solution mais pour des courtes durées, je ne me vois pas bloquer des gens plusieurs semaines (surtout quand la bête détruit les appartements).
    Je ne pense pas qu’il y ait de solution idéale, il faut jongler entre toutes les possibilités en fonction de l’animal et de la durée du voyage

    1. Audrey

      Je ne savais pas que tu avais des chinchillas en plus de Fripouille ! C’est sûr que si ton lapin a des tendances destructrices, c’est difficile de le confier à des amis (sauf s’ils insistent !). Dans ton cas comme pour mon chien, un.e housse-sitter serait sûrement la meilleure solution, mais encore faut-il franchir le cap psychologique qui consiste à confier ses animaux et son logis à un inconnu… Pas question pour nous tant qu’on est en location, mais si tu es proprio, ça peut valoir le coup. À essayer ?

      1. Haha, on stress déjà quand on laisse la maison 4 jours à nos parents alors à des inconnus, tu n’y penses pas ! notre soucis c’est notre parquet auquel on tient comme à la prunelle de nos yeux (enfin surtout Mr …) pour le moment on a toujours trouvé des solutions pas trop contraignantes, et dans le pire des cas je préfère que la pet-sitter le prenne directement chez elle/lui plutôt qu’il vienne emménager chez moi 😀 Mais c’est marrant car pendant nos vacances on s’imagine si on avait nos animaux avec nous… si je mets Fripouille à la fenêtre de la voiture je ne suis pas sure d’avoir une photo aussi sympa que celle d’Indiana 😉 (je ne comprends d’ailleurs pas comment les gens ne se proposent pas plus pour le garder lors de vos vacances! il est trop chou !)

  2. Au Portugal, dans mon airbnb la propriétaire avait 2 chiens. Elle a dû s’absenter quelques jours, et elle a trouvé quelqu’un qui a accepté de venir s’occuper des chiens en échange du gîte gratuit, et ça s’est super bien passé ! En plus les chiens sont tombés littéralement amoureux de leur nouvel ami (ils ont dû associer Chris = bouffe, câlins et promenades mdr) Donc je pense que le petsitting est une bonne solution surtout si tu trouves des personnes avec qui le feeling passe bien !

    1. Audrey

      J’y réfléchis de plus en plus mais comme on est locataires, c’est une situation un peu délicate ; nos proprios acceptent nos amis sur de petites durées mais un inconnu pendant trois semaines, ce n’est pas envisageable… Pas facile la vie de voyageuse avec des animaux !

  3. Tu dois absolument essayer le van avec ton chien, tu vas adorer !
    Nous on a un chat et un chien. Au début on avait juste le chat et on a essayé de l’emmener mais clairement, hum, c’est pas son environnement ! Après qu’elle a détruit le papier peint du salon d’amis à nous, maintenant elle reste à la maison quand on part et on paie des pets-sitters (des étudiants qu’on connait).
    Pour le chien, c’est parfait avec le van. Très sympa de partager ces moments-là avec son chien, de faire des grandes balades ensemble. Bien sûr il faut choisir des activités en extérieur mais la nôtre est sympa et n’abîme rien si on la laisse une heure ou deux seule dans le van, elle dort comme si elle était à la maison.
    Alors tentez le coup ! Avec un peu de chance, Indiana aura bientôt sa propre rubrique sur ton blog, comme Ruby a la sienne sur le nôtre !!

    1. Audrey

      Je ne demande qu’à essayer, mais il me manque un accessoire de poids… le van 😉 (je travaille activement à combler cette lacune). Je nous y vois déjà, lui tout heureux d’être sur la route, à faire des promenades et à dormir pendant que j’irai prendre un café… Vivement le van ! En tout cas, je me régale à lire les chroniques de Ruby 🙂

Leave a Comment