GUATEMALA // Antigua en cinq gourmandises

L’un des plus grands plaisirs de ma vie de mes voyages, hormis prendre des photos et battre le pavé, est bien évidemment de manger. Et quel plus grand plaisir que de manger des choses dont on ne soupçonnait pas l’existence, dont on ne saura jamais le nom, et dont on ne connaîtra peut-être pas non plus le contenu ?

Aucun. Absolument aucun.

Voici cinq douceurs que je m’empresse de partager, pour vous faire saliver.

Le pellenito de platano

Voici une gourmandise qui n’est pas pour les âmes sensibles. Un cœur de haricots rouges fondants au cacao dans des bananes plantain. Le tout frit.

Pour en découvrir plus sur les coutumes culinaires locales, j’ai décidé de faire appel à Taste Antigua. Forte de ses connaissances locales et de ses découvertes gustatives au fil du temps, cette guide culinaire américaine nous fait partager en petit groupe ses meilleures adresses (à retrouver en fin d’article).

La vraie découverte de la visite, c’était ce beignet fondant, avec un cœur coulant surprenant, où le chocolat l’emporte sur les haricots rouges. Les bananes plantain offrent de la structure et un côté sucré, sans oublier la friture pour lier le tout. Un délice.

_1200988-2_1210077

 

Les fruits frais du marché

Impossible de ne pas parler du marché, le seul, le vrai. Il tient plus du souk que d’une succession d’étals, avec ses ruelles, ses échoppes de cuisine de rue servant des délices mystérieux, ses boutiques de tout et de rien, et surtout… ses fruits et légumes.

Le marché alimentaire connaît un surcroît d’activité le lundi, jeudi et dimanche, de 7 à 14 h, et je pense qu’il faut absolument y aller. Tout simplement. J’ai longtemps cherché l’authentique Guatemala dans la vitrine fabuleusement propre que nous offre Antigua et c’était facile : il était au marché ! Au marché, dédale de sons et cacophonie de ruelles, on se marche dessus, on crie qu’il est frais notre poisson, on se harangue, on marchande, le tout en espagnol et dans des langues maya, bref le marché c’est la vie, c’est le Guatemala.

J’en ai ramené des fruits et légumes, connus ou non, pour le plaisir d’acheter un légume vert anonyme avec des piquants, ou un avocat toujours à point. Ou des nispero, fruit jaune doux comme abricot qui cache un goût d’agrumes. Ou des jocote, fruits rouge-vert assez douceâtre. Des vendeuses offrent aussi des fruits déjà découpés. Osez les oranges : on vous proposera sûrement de les agrémenter de piment, de sel ou de graines de courge… voire des trois à la fois (règle de survie : ne jamais accepter le piment. Jamais.)

_1210136-2 _1210137-2_1200963-2 _1210156-2_1210146-2

Les tostada

Dans le nouvel épisode de notre reportage culinaire : le soir de mon arrivée, j’ai goûté un truc surmonté de machins (de la pâte frite croustillante avec une salade de… chou ? radis ? navets ? des nouilles ? et du guacamole)… Dépaysement garanti ! J’étais aux anges !

Les tostadas ne sont pas à proprement parler des douceurs puisqu’il s’agit d’un en-cas salé, mais c’est un petit plaisir quand même. On en trouve à pas mal de choses : nouilles, viande, betteraves, pâte de haricots rouge notamment. Quand on a un petit creux, c’est parfait. Le croustillant de la tortilla frite s’allie à merveille avec le côté frais des légumes. D’une simplicité extrême, ces petits-casse-croûtes ne sont jamais les mêmes, car chaque commerçant a sa recette fétiche.

_1200380-2

Les sucreries traditionnelles

Antigua compte plusieurs confiseries ancestrales, décorées comme autrefois, garnies d’innombrables promesses de douceurs pour les becs sucrés. J’ai essayé plusieurs gourmandises au hasard, et je ne peux que te conseiller de faire de même.

Regarder le comptoir, identifier plus ou moins ce qui nous attend (noix de coco ? Flan ? Fruit confit ?) et se contenter de montrer du doigt ce qu’on veut, sans jamais savoir ce qu’on aura mangé, est une rencontre d’une sensualité incroyable pour les papilles. Peu importe le nom, puisqu’il s’agit de sucre, on sait qu’on peut s’en donner à cœur joie !

Si tu n’es pas du genre à aimer les rencontres anonymes, je peux malgré tout te donner quelques exemples de bonnes petites gourmandises : le garapinado (noix de coco râpée recouverte de lait concentré) ou les canillitas de leche (quenelle de lait concentré… attention c’est dense !).

_1200509-2_1200972-2_1200532-2_1200974

Le chocolat

Le chocolat, une découverte ? Pas forcément vu ma consommation annuelle, mais disons, un retour aux sources. Car comment être au Guatemala sans essayer du chocolat sur sa terre natale ? Pour le découvrir sous toutes ses formes, un seul lieu : le ChocoMuseo. Pour mon tout dernier soir à Antigua, j’ai décidé de marquer le coup avec un atelier de fabrication de chocolat. Un excellent moment.

L’atelier est divisé en deux : une première partie sur la théorie et l’histoire du cacao et du chocolat. On passe ensuite au cœur des choses : la fabrication d’une centaine de gramme de chocolats et de trois délicieuses boissons.

La fabrication est très simple : on nous donne du chocolat tempéré, différents ingrédients et épices, on choisit et on mélange dans des moules. Rien de plus simple. Pour ma part, j’ai fait une moitié aux fèves de cacao et piment, et l’autre aux écorces d’orange. On laisse au frais et à la fin de la séance, on emporte nos créations, non sans fierté.

Pour les boissons, il faut mettre un peu plus les mains à la pâte, en broyant nous-mêmes les fèves. Le thé à l’écorce de fèves de cacao ne demande pas de savoir-faire, mais est si délicieux que j’en ai ramené un paquet. On enchaîne ensuite avec le chocolat aztèque : cacao pur, vanille, miel, piment. Un peu amer, mais pourquoi pas. Le chocolat espagnol, lui, est un délice : cannelle, cardamome, toutes sortes d’épices odorantes.

_1210426-2_1210444-2_1200472-2

Pour finir, voici un florilège de nombreux plats, douceurs, curiosités et spécialités savoureuses, avec quelques bonnes adresses à la fin de la chronique ! Je conclurai en précisant que je n’ai eu aucun mal à trouver des restaurants avec des options végétariennes, voire végétaliennes. Une bonne nouvelle !

_1200420-2

Petit pain au sésame, qui du haut de ses 20 centimes, pouvait dire bien des choses à Jean-François Copé_1200757

Somptueuse pizza végétarienne aux poivrons au restaurant Cerro San Cristobal, arrosé d’une limonade non moins succulente_1200381-2

Beignet sucré à la fleur d’oranger_1200958-2

Caldo de res (légumes et bouillon de viande – oui bon quand je suis en voyage, mon végétarisme est un peu plus souple, surtout dans les pays carrément non végétariens comme ici)_1200457-2

Arroz con frijoles (riz aux haricots), plat du pauvre mais néanmoins très énergétique_1200985-2

Pépian, épais ragoût de poulet servi avec riz et patates. Et un avocat. Et des tortillas. Le genre de chose qu’on mange quand il fait froid.
_1210150-3

Tortillas de maïs… bleu !

_1210422

Pupusa de queso (chausson de tortilla au fromage)

_1210415

Ceviche de champignons et tomates

Bonnes adresses

  • Taste Antigua Visites culinaires par Arianna Plisowski. 230 Q par personne pour la visite « Street food », dont on ressort le ventre absolument plein ! C’est grâce à elle que je peux vous parler d’autant d’établissements secrets.
  • La Canche, sur la 6a Avenida au coin de la 1a calle, caché dans l’arrière-boutique d’une supérette ! (pellenitos et pepian)
  • Dona Maria Gordillo, 4a calle oriente (sucreries)
  • El Sombreron, 4a calle oriente, n° 31 (sucreries)
  • Rainbow Café, 7a avenida sur, n°8 (riz aux haricots)
  • Refacciones y Pupusa Odilia, 3a calle oriente, n°4, minuscule boui-boui qui fait de sublimes pupusas de queso
  • Samsara, restaurant végéta*ien, au coin entre la 6a calle et la 7a Avenida (ceviche de champignons)
  • El Cerro San Cristobal, restaurant végé qui fait pousser ses propres légumes, au sommet de la colline San Cristobal. Accès : navette depuis Nim Po’t, 10 Q (pizza végé)
  • Marché 8a Avenida et 3a calle. Entrer dans la ruelle avec les étals de vêtements, continuer jusqu’au bout : il n’y a rien, la ruelle fait un coude… et vous voici dans la cour des Miracles. Vous m’en direz des nouvelles.
  • Choco Museo 4a calle oriente. 180 Q par personne pour deux heures d’atelier, les 100 g de chocolat faits maison et pas mal de dégustation en chemin, en plus des trois boissons. Allez-y l’estomac vide !

Et toi, tu aimes goûter des nouveautés en voyage ? Quel est le truc le plus bizarre que tu aies mangé en voyage ?

Related Images

11 thoughts on “GUATEMALA // Antigua en cinq gourmandises

  1. belle découverte ce pays, ça donne vraiment envie !

  2. Et voilà, tu me donnes faim à 15h ! J »espère que tu es fière de toi Où vais je bien trouver des nisperos maintenant… 🙁
    Ça a l’air très bon, j’ajoute Guatemala à ma longuuuue liste de destination.

    1. Audrey

      Haha ! Désolée ! Tu peux toujours cuisiner une pupusa de queso en rentrant chez toi, il te suffit de tortillas de mais et de fromage de type fêta 🙂
      Je pense que le Guatemala vaut vraiment le détour ! Si tu as le temps, un combiné maya avec la péninsule du Yucatan, au Mexique peut aussi être une bonne idée de rentabiliser le voyage 🙂

  3. Jean-Yves

    J’en ai l’eau à la bouche de tout ces ptits plats ;-).
    Je pense que déguster des trucs dont on ignore le nom et qu’on pointe du doigt pour se faire servir fait partie intégrante d’un voyage!! Bon c’est quand même mieux de se les faire servir car bien souvent on ignore aussi comment  »les apprêter »!
    Petite question concernant l’atelier au Chocomuseo, les explications sont elles aussi en anglais?

    1. Audrey

      Il y a même eu des fois où j’ai demandé si ce que je commandais était salé ou sucré ! Pour ne pas faire de gaffe : sauce rouge ou sirop sur ce beignet d’aspect neutre ? De bons souvenirs !
      Les explications du ChocoMuseo sont en anglais. Je ne parle qu’un espagnol de survie, mais heureusement tous les employés ou presque parlent anglais, et on indique à la réservation notre pays et la langue dans laquelle se déroulera le cours.

  4. Coucou Dora,

    Ah c’est ça que j’aime dans les voyages, les richesses culinaires !
    Le marché, c’est toujours la visite que je ne loupe jamais. C’est tellement plaisant de découvrir un pays via sa gastronomie et ses recettes !

    Très bel article !

    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

    1. Audrey

      Merci Laura ! Parfait ici : le marché fait toujours partie des incontournables de mes séjours. La visite au supermarché aussi, meme si c’est moins pittoresque, on en apprend beaucoup sur les préférences du pays (ha, les rayons infinis de pâtes en Italie ! Ha, les rayons infinis de chips en Nouvelle-Zélande… lol) !

  5. Claire

    Merci pour cet article, je vais booker mon streed food tour pour le mois prochain alors! J’en salive d’avance! 🙂

    1. Audrey

      L’une des meilleures visites de la ville ! Ariana propose d’autres visites gourmandes, tu me diras si tu essaies 🙂 Tu restes combien de temps à Antigua ?

  6. […] chronique entière à venir sur les bizzareries curiosités délices que je me fais un plaisir de découvrir […]

Leave a Comment