CANADA // Vancouver, guide complet d’une ville verte

Après vous avoir parlé de mon itinéraire dans l’ouest canadien dans les grandes largeurs, j’ai envie de détailler ma visite de la ville de Vancouver, dans laquelle j’ai eu des cœurs plein les yeux pendant cinq jours. Cadre de vie vert, centre-ville vivant et débordant de boutiques, omniprésence de l’océan et des montagnes toujours dans un coin du regard…  Je ne raffole pas spécialement des villes immenses mais Vancouver dégage quelque chose de spécial. Cette ville est d’ailleurs l’une des plus accueillantes au Canada, popularité que ses habitants paient au prix fort : c’est ici que le prix de l’immobilier est le plus cher du pays. Pour les visiteurs, cela se traduit par des hôtels plus chers qu’ailleurs, mais si vous pouvez vous permettre, je vous invite à venir visiter cette ville bien différente de celles qui ont les faveurs des touristes européens, comme Québec, Montréal et Toronto. Voici quelques idées d’activités à Vancouver pour profiter au maximum de cette ville.

Vancouver Coal Harbour que voir blog voyage canada arpenter le chemin

Se balader le long de Coal Harbour

Coal Harbour est le premier endroit que j’ai visité à Vancouver, et j’y suis retournée plusieurs fois pendant mon séjour. Non seulement parce que le Seawall, cette promenade au bord de l’eau d’une trentaine de kilomètres, relie des endroits stratégiques comme Canada Place et le parc Stanley, mais aussi car tout simplement… c’est un endroit très agréable. Des fois, il ne faut pas chercher plus loin ! Bord de l’eau, grands arbres, bateaux insolites, pelouses où les chiens jouent en liberté et belles fleurs : cette promenade est parfaite pour flâner après avoir pris une bonne glace à la Bella Gelateria. En toile de fond, les montagnes de North Vancouver font comme une promesse de verdure et laissent oublier l’odeur des hydravions qui vrombissent tout l’après-midi au-dessus de nous (même s’il faut avoue qu’ils sont très pittoresques, ces petits hydravions !).

Vancouver coal harbour canada place que voir

Vancouver canada place coal harbour promenade seawall

Aller manger à Granville Island

L’île de Granville est réputée pour ses halles gourmandes et ses échoppes d’artistes. Cette ancienne friche était initialement appelée Industrial Island, ce qui en dit long sur sa vocation, île où on fabriquait de la corde et d’autres produits destinés à l’industrie minière. Dans les années 1970, l’endroit est en décrépitude et entame sa transformation pour accueillir des ateliers d’artistes et le Public Market, ces halles aujourd’hui fabuleuses. On trouve malgré tout des vestiges de l’histoire industrielle de l’île dans sa partie est, où se trouvent la fresque des Géants de Gustavo et Otavio Pandolfo sur des silos.

Aujourd’hui, c’est un incontournable à Vancouver, et les visiteurs se pressent pour aller déguster les bons produits des Halles, s’attabler aux terrasses des nombreux restaurants ou tout simplement profiter du spectacle des galeries de l’île. J’ai adoré déambuler dans les rayons du Public Market et je vous le conseille : pâtisseries, fromages, plats tout prêts, mais aussi artisanat d’art comme des poteries sont au rendez-vous. Pour un restaurant au bord de l’eau avec des prix corrects pour Vancouver, Bridges est un bon choix.

Vancouver granville island ou manger que faire balade blog voyage colombie-britannique arpenter le chemin

Hormis l’île, je vous conseille de prendre le temps de venir à pied : la rue Granville offre de belles façades Art Deco et le pont de Granville St donne à voir l’un des plus beaux panoramas sur la ville.

Vancouver granville street que voir que faire balade blog voyage canada arpenter le chemin

Façades Art Deco le long de Granville St

Vancouver granville island que voir que faire balade blog voyage colombie-britannique arpenter le chemin

Vancouver visiter Granville Island ou manger

Du haut du pont de Granville St

Bon à savoir : Granville Island est le seul endroit au centre-ville où il est possible de louer des kayaks – l’autre étant à North Vancouver, moins accessible. Si pagayer n’est pas vraiment votre truc, je vous conseille de prendre les False Creek Ferries, adorables petites coquilles de noix. La vue depuis l’eau est parfaite. Et est-ce qu’on ne les dirait pas tout droit sortis d’un dessin animé ?! Vous pouvez les emprunter soit comme un transport en commun, pour aller d’un point A à un point B, soit comme une croisière, pour faire une boucle qui vous ramènera à Granville Island.

Vancouver granville island louer kayak

Vancouver Grandville Island False Creek Ferries

Flâner dans Gastown et Chinatown

Gastown, non loin de Canada Place, est un joli quartier à l’embourgeoisement façon Brooklyn, avec tous les barbiers/bars à alcools forts/boutiques de savons maison que vous voulez dans des immeubles en briques décorés de grandes plantes vertes et géodes suspendues, le tout parsemé de quelques boutiques de souvenirs kitsch. Comme je suis assez prévisible, j’adore cette ambiance…

Vancouver gastown que faire balade blog voyage colombie-britannique arpenter le chemin

Passion briques, plantes vertes et Art Deco

Mais avant d’être un repère à savon fait main et kombucha, c’est un quartier historique, reconstruit après le grand incendie de Vancouver en 1886. Il a connu son heure de gloire dans les années 1930, puis un déclin assorti de l’inévitable menace d’une destruction pour faire place à des projets d’urbanisme… avant de se réincarner en lieu classé et désormais, en haut lieu touristique. Son nom n’a rien à voir avec un quelconque lien avec le gaz ou l’essence (même si ça lui donne un petit côté steampunk qui n’est pas pour me déplaire) : il vient de “Gassy Jack“, marin habitué des lieux qui ouvrit le premier tripot du quartier.

Vancouver Gastown que voir horloge a vapeur

L’attraction principale, c’est l’horloge à vapeur, qui sonne l’air de Big Ben tous les quarts d’heure. Je la trouve très mignonne, cette horloge, et puis en s’approchant, on voit que c’est une machine de Goldberg, et ça me ravit.

Vancouver gastown clock que voir que visiter canada ouest

Gastown Steam Clock

Le quartier voisin, Chinatown, mérite aussi une petite visite pour les jardins classiques chinois du Dr Sun Yat-Sen. Une partie est payante (14 $/adulte) mais heureusement, la majeure partie des jardins sont accessibles gratuitement et en font un petit havre de paix : ambiance plans d’eau, saules pleureurs et nénuphars, sans oublier un héron qui gobe tranquillement les carpes sous l’objectif des touristes.

Vancouver jardin chinois dr sun yat-sen que voir voyage ouest canada blog voyage arpenter le chemin

Vancouver chinatown que faire balade blog voyage colombie-britannique arpenter le chemin

Par contre, je ne sais pas si vous conseille de “flâner” dans Chinatown, où la pauvreté est malheureusement partout avec énormément de sans-abris. Un spectacle qui fend le coeur sur fond de boutiques poussiéreuses, avec certes quelques façades dépaysantes, mais pas assez pour justifier le déplacement.

Vancouver chinatown que voir que faire balade blog voyage canada arpenter le chemin

Infos pratiques 

  • 578 Carrall Street
  • tarifs : 14 $/adulte et 10 $/enfant pour la partie payante.
  • ouvert de 9 h 30 à 19 h en été. Les horaires varient selon la saison : plus d’infos ici

Faire du vélo dans Stanley Park

Pour moi, le parc Stanley est l’un des incontournables ultimes à Vancouver. Une grande partie du charme de la ville tient à ce parc immense, 400 hectares de verdure certes aménagée, mais qui abrite malgré tout un vrai écosystème avec ses ratons-laveur et ses coyotes. Pour visiter ce parc gigantesque, rien de tel que de louer des vélos : le tour du parc fait la bagatelle de 9 km, rien d’impossible à pied, mais c’est sûr que c’est plus facile en vélo ! Je vous conseille Urban Waves pour 35 $ pour 3 à 6 heures, casque et cadenas compris. Ensuite, il suffit de suivre le Seawall pour atteindre Stanley Park.

À l’entrée du parc, la vue sur les gratte-ciel de Vancouver est mythique. On voit encore les hydravions nous survoler, et les points de vue sont nombreux. Juste devant nous, Deadman Island, île au nom mystérieux et à l’accès interdit aux civils…

Vancouver Stanley Park ou louer velo que voir conseils

L’endroit le plus populaire est de loin celui des mâts totémiques : croyez-le ou non, c’est l’endroit le plus visité de Colombie-Britannique ! Neuf mâts totémiques se dressent à Brockton Point, commandités par la ville pour dans les années 1980 pour remplacer les mâts originels, qui dataient du XIXe siècle (et qui se reposent désormais dans des musées). Plusieurs panneaux d’interprétation permettent de mieux les comprendre, notamment en reconnaissant les figures sculptées : loups ou baleines, orques ou humains… Ces mâts n’ont pas de signification religieuse et n’étaient pas vénérés : ils étaient plutôt utilisés comme support à la fois matériel (dans les habitations) et narratifs (pour transmettre les légendes). J’aime assez l’analogie.

Vancouver mats totemiques parc stanley park

Vancouver stanley park louer velos blog voyage colombie-britannique arpenter le chemin

Mâts totémiques à Stanley Park

En continuant la balade à vélo, on remarque que le paysage change au fil des sections. Après la vue urbaine jusqu’à Brockton Point, on passe à un paysage de forêt avec au loin, le photogénique Lions Gate. Une fois le pont franchi, l’océan s’ouvre à nous : attention, c’est venteux ! On a eu un peu froid le matin dans cette section toute à l’ombre, mais cela s’arrange après le Siwash Rock, gros rocher insolite qui marque le début d’une plage elle aussi incongrue : ambiance californienne garantie l’après-midi ! À deux pas de là, je vous conseille le brunch au chic Teahouse. Le Seawall a la particularité d’être à sens unique pour les vélos : tout le monde pédale dans le sens antihoraire (façon de parler), et si vous souhaitez rebrousser chemin, il vous faut mettre pied à terre ou prendre un chemin de traverse : essayer de prévoir un peu votre itinéraire si vous ne voulez pas vous retrouver à faire le tour du parc involontairement…

Vancouver stanley park balade velos blog voyage colombie-britannique canada arpenter le chemin

Et ça, ce n’est que le pourtour du parc ! Nous n’avons pas eu le temps de visiter l’intérieur (parce que, hum, on a fait le tour du parc en vélo… deux fois. Voilà. Mais c’était GÉNIAL) mais il y a énormément à voir et à faire : roseraie, sentiers de forêt, lacs…

Admirer la vue à Queen Elizabeth Park

Pour la meilleure vue sur la ville, direction le parc Queen Elizabeth, accessible en métro. Il ne paie pas de mine mais une fois sur l’esplanade, la vue est sublime. Pour la meilleure vue, prenez à droite de la serre : vous trouverez la statue Photo Session et le restaurant Seasons in the Park, où nous attendait une table avec la meilleure vue de toute la ville, le tout avec des plats savoureux et relativement raisonnables.

Vancouver Queen elizabeth park panorama

Vancouver Queen elisabeth park restaurant

Autre intérêt du parc : son superbe jardin botanique gratuit avec des fleurs à tomber, si vous aimez. Nous, on adore ! On a aussi fait une bonne sieste sur la plaine de jeux à l’ombre des mûriers.

Vancouver queen elizabeth park blog voyage colombie-britannique canada arpenter le chemin

Infos pratiques

  • 4600 Cambie Street
  • accès gratuit au jardin botanique. L’accès à la serre (Bloedeld Conservatory) est payant.
  • accès par le métro Canada Line, arrêts King Edward ou Oakridge 41st Avenue.

Monter au jardin suspendu de la bibliothèque centrale

Pas de quoi en faire un immense détour, mais si vous logez dans le quartier ou si comme moi, vous êtes un rat de bibliothèque qui ne peut s’empêcher d’aller les visiter en voyage, le dernier étage de la bibliothèque centrale offre un joli jardin suspendu et un point de vue différent sur la ville.

vancouver bibliothèque centrale acces

Infos pratiques

  • 350 W Georgia Street
  • ouvert de 10 h à 21 h du lundi au jeudi, de 10 h à 18 h les autres jours. Plus d’infos ici.

Que faire à North Vancouver

Se faire peur au pont suspendu de Capilano Bridge

Le pont suspendu de Capilano semble figurer parmi les incontournables à Vancouver, mais je cherche encore pourquoi ce pont somme toute banal et excentré est aussi populaire. Une opération publicitaire bien rodée ? Ou alors le fait d’être originaire des Alpes et d’en avoir vu d’autres, des ponts suspendus, m’a laissée un peu froide ? Une chose est sûre : j’ai eu la trouille en traversant ce pont tout branlant. Je ne remets pas en cause la sécurité des installations, mais disons que bref, j’ai eu peur. Une dame a même fait demi-tour au milieu du pont, terrorisée. Si vous avez moins les chocottes que moi, peut-être apprécierez-vous ce pont assez insolite.

Vancouver capilano bridge blog voyage colombie-britannique canada arpenter le chemin

Ce éco-parc privé embrasse’les deux rives d’une gorge profonde (ha !), enjambée par le fameux pont. De l’autre côté, on trouve des passerelles suspendues (très stables) entre des arbres géants qui donnent un point de vue en hauteur et les infrastructures sont récentes et bien entretenues. J’ai beaucoup apprécié les passerelles et les panneaux d’interprétation, qui indiquaient notamment l’âge et la taille de certains arbres. Sachez aussi que le Cliffwalk, dont les photos publicitaires laissaient entendre qu’on serait au-dessus de la forêt, est en plein dans les arbres. Bref, venez sans attentes, et peut-être y trouverez-vous votre compte.

Vancouver Capilano bridge pont suspendu infos pratiques

Passerelle suspendue au Capilano Bridge Park

Infos pratiques

  • tarifs : 53,95 $/adulte et 29,95 $/enfant. Et oui ! Vous pouvez acheter vos tickets ici.
  • de 9 h à 18 h en automne. Les horaires varient selon la saison, plus d’infos ici.
  • navette gratuite depuis le centre-ville. Inutile d’avoir acheté son billet au préalable pour embarquer.

Prendre de la hauteur avec le Grouse Grind

Quitte à être à North Vancouver, je vous conseille de faire d’une pierre deux coups : Capilano Bridge le matin, et Grouse Mountain l’après-midi. Grouse Mountain est une station de ski accessible l’été en téléphérique ou l’espace d’une randonnée pas pour les mous du genou : le  Grouse Grind. Contrairement au téléphérique, c’est gratuit… à condition d’être prêt à avaler 800 mètres de dénivelé en 2 km dans un sentier tout en escaliers, qui met le souffle à rude épreuve. Ça monte RAIDE. Ça monte LONGTEMPS. Ça met le mental à rude épreuve. Étonnamment, c’est aussi une randonnée populaire, et nous avons croisé des dizaines d’autres randonneurs radins courageux à nos côtés. Et en haut, quelle satisfaction d’aller au belvédère voir notre récompense…

Vancouver grouse grind randonnee blog voyage colombie-britannique canada arpenter le chemin

Au sommet de Grouse Mountain, un complexe touristique avec des spectacles, des petits sentiers de randos, des sculptures, des restaus… On peut même monter encore plus haut pour atteindre le sommet officiel de Grouse Mountain mais là, nous, il ne fallait plus nous demander de monter une marche de plus. Pour une belle vue, vous pouvez vous installer à la terrasse du café dans le bâtiment principal, ou sur la pelouse juste en-dessous. Résignez-vous : les pylônes du téléphérique seront dans votre champ de vision quoi qu’il arrive.

Vancouver grouse mountain randonnee blog voyage colombie-britannique canada arpenter le chemin

Vancouver Grouse Mountain Grouse Grind randonnee

Infos pratiques

  • tarifs : 59 $/adulte et 32 $/enfant pour l’aller-retour en téléphérique et l’accès aux activités au sommet. À noter, si vous montez à pied, je n’ai rien vu qui empêche d’assister aux activités sans avoir de ticket.
  • ouvert de mai à octobre. Fermé du 28 octobre au 8 novembre 2019. Grouse Mountain est une station de ski en hiver. Plus d’infos ici.
  • si vous montez à pied, prévoyez malgré tout que vous devrez payer 15 $/adulte pour redescendre obligatoirement en téléphérique. Certains randonneurs redescendent à pied malgré l’interdiction, mais ce n’est pas sécuritaire du tout. Même si je ne cautionne pas du tout le fait de devoir payer alors qu’on a fait une montée olympique (on devrait nous donner une médaille, oui !!), mieux vaut toujours se délester de 15 $ que de mettre autrui en danger.
  • accès : prendre la navette gratuite jusqu’à Capilano Bridge, puis celle vers Grouse Mountain. Pour le retour, il y a une navette gratuite directe de Grouse Mountain vers Canada Place, ou on peut retourner à Capilano pour reprendre la navette vers d’autres parties de la ville (la nôtre nous conduisait à la bibliothèque). Inutile d’avoir des billets pour les attractions pour embarquer.

Vancouver Grouse Mountain gondola infos pratiques Grouse grind

Infos pratiques

  • Se déplacer à Vancouver : venir de l’aéroport est assez simple en transports en commun puisqu’une ligne de métro (Canada Line) le relie directement au centre-ville. Une fois en ville, la majorité des attractions sont accessibles en marchant un peu. Vous pouvez facilement louer un vélo.
  • La meilleure saison pour venir à Vancouver : les mois les plus fréquentés sont juillet, août, septembre. Si vous voulez les couleurs d’automne, visez septembre malgré tout. L’hiver est clément à Vancouver : il n’y neige que huit petits jours par, contre cinquante à Moncton ! Le temps peut toutefois être pluvieux. Je vous renvoie à mon topo sur comment s’habiller pour venir au Canada.
  • Avez-vous pensé à souscrire une assurance voyage pour le Canada ?

Comment aller à Vancouver

  • Il existe des liaisons directes depuis l’Europe, notamment au départ de Frankfurt, le temps d’un vol de 10 heures. Je vous invite à relire ma chronique pour survivre à un vol long courrier.
  • depuis le Canada, il existe des vols directs depuis Toronto, Ottawa, Montréal… Compter environ 5 heures de vol.

Où dormir à Vancouver

Vancouver est une ville très chère, où il est difficile de se loger à prix raisonnable. Nous avons posé nos bagages à l’hôtel YWCA au 733 Beatty Street. Pour 175 $ la nuit, notre chambre était digne d’un hôtel, avec des lits très confortables et un service de chambre quotidien, mais les sanitaires en commun (imaginez un peu les prix quand ceux-ci sont privatifs !). Nous avons presque tout fait à pied depuis l’hôtel (mais nous sommes d’infatigables marcheuses !). Pour se ravitailler, la rue Robson est toute proche. Vous pouvez cliquez sur ce lien pour réserver votre logement à Vancouver. 

Voici d’autres options que j’avais envisagées pendant mes recherches :

  • Skwachays Lodge, un hôtel géré par des Autochtones. Sa façade aux portes de Chinatown est immanquable. Vous trouverez aussi une galerie autochtone au rez-de-chaussée.
  • Victorian Hotel, un hôtel de charme dans Gastown
  • Samesun Backpacker, qui comme son nom l’indique, est une auberge de jeunesse mais propose aussi des chambres doubles.

Et vous, connaissez-vous Vancouver ? Avez-vous apprécié cette ville autant que moi ? Je vous attends dans les commentaires ! Oyez, oyez. Ce billet contient des liens affiliés.

canada que faire vancouver voyage vancouver canada canada decouvrir vancouver voyage

 

Related posts

2 thoughts on “CANADA // Vancouver, guide complet d’une ville verte”

  1. J’ai de furtifs souvenirs de Vancouver (j’avais 12 ans lorsque j’y étais allée) mais tu les as ravivés avec tes mots et tes images de Stanley Park et de Gastown!

    1. Audrey

      Je t’invite à y retourner pour voir si la ville a changé ! Quelle ambiance incroyable…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.