ÉLUCUBRATIONS // Dans mon sac (presque) minimaliste pour le Guatemala

_12000892

Dur dur de trouver que mettre dans ses bagages quand on cumule…

  • une nuit dans un train non couchette et probablement sous-chauffé (froid)
  • une « escale » de deux jours à Montréal mi-novembre avant d’aller prendre l’avion (doux, temps changeant)
  • une escale de 24 heures à Miami (chaud et humide)
  • trois semaines au Guatemala (chaud, humide et pluvieux)
  • et un retour à Moncton début décembre (froid, voire neigeux !)

Ajoute à cela d’autres contraintes :

  • je ne veux prendre qu’un bagage de taille cabine, comme à mon habitude
  • je dois avoir l’air propre puisque j’espère bien aller travailler dans un espace de coworking
  • ce qui m’amène à un autre point : je dois me munir de mon matériel professionnel
  • j’aimerais faire un peu de rando

…et tu auras un petit casse-tête pour trouver comment faire une valise relativement minimaliste.

J’adore me lancer des défis et je n’en suis pas à mon premier voyage avec seulement un bagage cabine. Quelle que soit la longueur du séjour, je pars du principe que je trouverai toujours de quoi laver mes vêtements sur place (quitte à les laver à la main dans mon lavabo !) et qu’il ne sert à rien de s’encombrer de linge sale.

C’est devenu un jeu : jusqu’où je peux réduire mes bagages ? Est-ce que je peux passer un mois avec une jupe et un short (la réponse : oui !) ? J’avais fait fort pour le Mexique l’an dernier : une semaine, trois tee-shirts lavés à tour de rôle… Mais les plis importaient peu, je n’avais pas à avoir l’air crédible et bien mise. Cette fois-ci, ce sera différent.

Dans le cas présent, devoir combiner des températures et des activités aussi différentes, là on obtient un défi intéressant !

Mon sac à dos

Je ne me suis même pas posée la question : je pars avec mon fidèle sac à dos de 45 litres chipé à ma mère, qui rentre parfaitement en cabine. Il est super confortable, il fait la bonne taille, facile à trimballer (surtout sur les pavés d’Antigua !), bref, c’est un fidèle compagnon.

Par contre, pas question de l’utiliser au quotidien : il est bien trop grand. En renfort, j’ai opté pour un petit sac à dos facile à plier qui peut contenir mon ordinateur ou un pique-nique pour les balades le week-end. Et j’ai aussi ajouté un mini sac bandoulière car même si mon teint me désignera irrémédiablement comme une touriste, je n’aime pas spécialement le look short-sac à dos pour aller prendre un simple café… C’est sac-ception dans mes affaires : un sac bandoulière dans un sac à dos dans un autre sac à dos !

Oh. Et aussi : une mini-banane à glisser sous les vêtements. Je suis consciente de potentiel de beaufitude instantané de ce type d’accessoires normalement réservé aux voyageurs paranoïaques, mais honnêtement, pour les premiers jours, laissez-moi porter ce gadget qui me rassure. Je ne connais pas bien l’Amérique centrale, je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre à Antigua… J’avais besoin de savoir que j’ai un endroit où mettre mes papiers et mon argent en sécurité.

_1200086

Mes vêtements

  • 2 jupes (1 courte, 1 longue)
  • 1 short et 1 collant pour le train et les passages à Montréal
  • 1 legging qui servira de pyjama et de renfort au collant s’il fait trop froid [alors que j’écris ces lignes entre Québec et Montréal : oh ça oui il a servi de renfort ! Pourquoi mettre la clim à 12°C dans le train ?!]
  • 1 tee-shirt à manches longues en mérino, qui tient chaud et se lave facilement, parfait pour la rando en altitude
  • 1 pull à col roulé en laine mais facile à laver
  • 1 petit gilet
  • 5 tee-shirts à manches courtes
  • 1 paréo qui fait aussi foulard et serviette de bain !
  • 1 maillot de bain pour me baigner à Miami ! J’y tiens !
  • un manteau en laine, un bonnet et des gants, je n’y coupe pas… Tant pis s’ils restent au fond du sac pendant trois semaines, mais impossible de partir sans alors qu’il fait -1°C au Canada le matin, en ce moment.
  • 1 coupe-vent
  • 5 culottes
  • 3 paires de chaussettes dont des chaussettes de contention pour le train l’avion… Je ne sais pas pour vous, mais depuis que j’ai 30 ans, mes jambes souffrent lors des stations assises prolongées.

_1200087

Mes chaussures

  • 1 paire de chaussures de randonnée basses, parfaites pour prendre l’avion et randonner
  • 1 paire de ballerines
  • 1 paire de sandales infatigables

Ma trousse de toilette

  • 1 paire de bouchons d’oreille + 1 masque pour le train
  • 1 peigne
  • 1 tube de crème hydratante
  • 1 rouge à lèvres – je ne maquille pas les yeux pour ne pas emporter de démaquillant, mais le rouge à lèvres compense bien
  • 1 déodorant
  • 1 brosse à dents et dentifrice
  • 1 savon qui fera aussi shampooing
  • médicaments : anti-diarrhéique, anti-mal de ventre, ibuprofène pour le mal des montagnes
  • 1 tube de crème solaire, évidemment !
  • 1 petite serviette de toilette
  • l’inévitable baume à lèvres
  • une poignée de pansements
  • une poignée de tampons

Le reste

  • mon ordinateur pour rester en contact avec vous évidemment – et travailler, accessoirement !
  • mon appareil photo
  • mon téléphone qui fait tout : réveil, calendrier, instagram, billets d’avion…
  • les chargeurs
  • lunettes
  • passeport, réservations, feuille de bord
  • un livre que je laisserai sûrement sur place [Eat, Pray, Love… je suis un cliché ambulant]
  • 1 gourde
  • 1 cadenas pour l’auberge de jeunesse
  • 1 chapeau

Poids total : 12 kilos, dont le gros provient des appareils électroniques.

Pas mal, hein. Je pense qu’il est possible de toujours faire mieux (entendre par là : plus léger), mais personnellement, la barre des 10 kilos reste infranchissable. Tu as des conseils pour voyager plus léger ? Je suis preneuse 🙂

 

 

 

 

Related Images

7 thoughts on “ÉLUCUBRATIONS // Dans mon sac (presque) minimaliste pour le Guatemala

  1. Chapeau bas ! Pour mon dernier voyage, j’avais 13 kg sans laptop. Je trouve ton sac super optimisé ; )
    Ps : c’est moi ou ta garde robe a pris des couleurs ?

    1. Et je compatis pour les pieds qui enflent, j’ai la même chose depuis cette année (30 ans aussi bizarrement ) mais je n’ai pas encore osé les chaussettes de contention…

      1. Audrey

        Sans aller jusqu’aux chaussettes de contention médicales à enfiler au chausse-pied, on trouve en supermarché des chaussettes de contention légère, il me semble que même Dim en fait ! Elles suffisent à me soulager, ça peut être une piste pour toi ?

        1. À tester ! Pour le moment c’est juste désagréable d’avoir des pieds enflés mais ça ne me fait pas mal. Mais bon il ne faut pas attendre que ça s’empire pour réagir.

    2. Audrey

      C’est la garde-robe d’été, avec beaucoup de rouge 😉
      Pour l’optimisation du sac, je pense avoir atteint mes limites ; à part prendre 3 culottes et 3 tee-shirts à laver tous les jours, je ne vois pas ce que je pourrais enlever !

  2. Pour voyager plus léger, je n’amène pas mon manteau et je porte presque tous mes vêtements sous mon coupe-vent lorsque je reviens au Québec.

    1. Audrey

      Bonne idée ! C’est fou à quel point un coupe-vent peut tenir chaud. Pour ce voyage, j’étais quand même contente d’avoir pris mon manteau pour la journée à Montréal avant, et l’arrivée sous la neige après 😉

Leave a Comment