SÉNÉGAL // Cartes postales du Siné-Saloum

En me replongeant dans certains voyages effectués il y a des années, plusieurs choses me frappent. Le peu de photos que je prenais alors, parfois moins de cent pour un séjour d’une semaine. L’absence de noms dans ma mémoire, alors que mes souvenirs sont rendus muets par le temps, incapables de se remémorer tel village, telle personne. Je chéris alors ces photos, fils rouges ténus de mes souvenirs, qui ravivent l’espace d’un album photo des impressions, des odeurs, des goûts et des sons.

Senegal road-trip blog voyage arpenter le chemin

En 2010, la mère d’Etienne et son mari ont passé quelques mois sur une île au milieu du delta du Siné-Saloum au Sénégal, loin de tout, heureux comme des papes dans une maison sans eau ni électricité. Ils ont eu la gentillesse de nous accueillir dans leur bulle, et par nous j’entends tous leurs enfants, neveux et nièces, toute une smala curieuse de l’occasion d’aller en Afrique loin des complexes hôteliers.

SI j’avais l’espoir d’arpenter un peu les routes du Sénégal, j’ai bien vite compris qu’une fois sur l’île, on ne quitte pas l’île. Envolés, le lac rose et ses flamants, la folle vie nocturne de Dakar, les merveilles du Niokolo-Koba. À la place, j’ai le plaisir d’une détente absolue, où l’on vit avec le soleil, où les siestes sont le principal programme de l’après-midi et où la baignade au soleil couchant dans l’Atlantique est notre spa.

Senegal retraite voyage arpenter le chemin

J’ai toujours couru dans mes voyages, vivant chacun comme si c’était le dernier, ma seule et unique chance de profiter de ma destination. Je m’apaise un peu avec les années. Peut-être qu’il y a un avant et un après Siné-Saloum.

J’y ai découvert le goût du bissap, la couleur de la mangrove, l’odeur du sel sur la plage, la chaleur la plus épuisante de ma vie. J’y ai fait du mini-golf entre les baobabs, été à la découverte de pélicans, croisé des pêcheurs du delta. Je suis allée à Gorée, l’île de partance des esclaves, en demandant silencieusement pardon au pays. J’ai observé la transhumance des crabes le matin et des oiseaux le soir, j’ai beaucoup lu, et presque vu un crocodile. J’ai compté les étoiles parce qu’il faisait trop chaud pour dormir la nuit, et dormi le jour sous le vent des palmiers.

Cela ressemble à de vraies vacances. Voici ce qu’il en reste, huit ans plus tard, en voulant laissant imaginer les bruits et les odeurs d’un pays coloré comme un tableau.

Senegal plage resort voyage afrique arpenter le chemin

Senegal voyge afrique routard arpenter le chemin

Pirogues à Dakar

Senegal Dakar voyage arpenter le chemin

L’Atlantique depuis les hauteurs de Dakar. Qui reconnaît les drapeaux ?

Senegal mangrove sine-saloum arpenter le chemin voyage

Joli petit oiseau… pourquoi chantes-tu si tôt ?!

Senegal sine-saloum voyage dakar arpenter le chemin

Senegal mangrove sine-saloum arpenter le chemin

Dans le delta du Siné-Saloum

Senegal pirogue dakar arpenter le chemin voyage

Je ne me lasse pas des pirogues…

Senegal pirogue voyage mangrove arpenter le chemin

Et vous, êtes-vous déjà allé.e.s au Sénégal ? Aimez-vous revisiter vos voyages lointains en feuilletant vos vieux albums photo ? Racontez-moi tout dans les commentaires !

 

Related posts

6 thoughts on “SÉNÉGAL // Cartes postales du Siné-Saloum”

    1. Audrey

      Oui, la lumière est tellement différente là-bas !

  1. Je ne suis jamais allée au Sénégal, ni en Afrique d’ailleurs. Sortir des sentiers battus, loin des touristes et des zones touristiques est un vrai bonheur ! Les pirogues sont très jolies, j’aime bien aussi l’ambulance.
    Je refais parfois un tour sur de vieilles photos, et je vois surtout qu’elles n’étaient pas très soignées, mais j’en prenais déjà assez pour avoir de bons souvenirs encore en mémoire. 🙂

    1. Audrey

      Souvent, j’ai des idées de chroniques sur de vieux voyages, et puis je vais voir avec quoi je pourrais les illustrer et… non, pas possible de vous montrer ces horreurs ! Mais heureusement, les souvenirs restent bien vivaces, c’est le plus important.

  2. Le Sénégal l’une de mes plus belles découvertes ! J’en suis tombée amoureuse. Et que dire du calme et la sérénité du Siné Saloum .. je m’y revois. Téléphones coupés pendant une semaine ; on se levait avec le chant du coq. On s’endormait avec l’apparition de la lune. Le bissap, le thieboudienne, les moments off à ne rien faire sous un baobab, refaire le monde avec notre guide .. j’ai tellement envie d’y retourner et de découvrir un peu plus l’Afrique de l’ouest <3

    1. Audrey

      Ton programme ressemble exactement au nôtre dans le Siné Saloum, un programme de repos tranquille au rythme du soleil… La plénitude absolue, aucun souci… Le rêve !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.