CONSEILS // Ménager son budget en voyage

Suite à notre road-trip aux États-Unis, je voulais en profiter pour faire un petit récapitulatif des trucs et astuces pour bien tenir son budget en voyage et dépenser le moins possible. Et puis j’ai un peu laissé les traîner les choses, parce que notre road-trip date de février… Mais ces conseils sont toujours d’actualité. Parce qu’en dépensant moins en voyage, on peut partir plus souvent. Et parce que ce voyage restera sûrement les annales comme le plus cher de toute notre histoire, et qu’il pourrait faire le parfait manuel de ce qu’il ne faut pas faire pour voyager économe ! Partant du principe « faites ce que je dis, pas ce que je fais », voici quelques conseils qui s’appliquent aux États-Unis, mais aussi aux autres pays.

Avion

Bon. Cela tombe sous le sens. Mais vérifiez quand même que ce que vous avez envie de voir et l’aéroport que vous visez sont au moins à peu près au même endroit. Des pays comme les États-Unis et le Canada sont immenses et les cartes trompeuses. Conversation vécue :

  • Etienne : Pour le prochain voyage, j’ai envie d’aller au parc Yellowstone, on va aller au soleil ! J’ai réservé les billets, on va atterrir à Los Angeles en février !
  • Audrey : Mamour, tu veux dire le parc Yosemite ? C’est celui-ci qui est à côté de Los Angeles, Yellowstone c’est bien plus loin, non ?
  • Non, Yosemite j’y suis déjà allé. Je veux aller à Yellowstone, NA !
  • Yellowstone dans le Wyoming ? À 1600 km de Los Angeles ?
  • … … … Mais euh.
  • Yellowstone dans le Wyoming, sous trois mètres de neige en février ?
  • … MAIS EUH !

À noter, vérifier aussi que les dates de vos vacances correspondent bien à votre projet. Yellowstone au soleil, c’est possible, mais pas en février (on n’est pas du tout allés à Yellowstone finalement).

  • Si vous aimez les compagnies aériennes traditionnelles, prenez illico une carte de fidélité et essayez, au minimum, de vous tenir aux grandes alliances (les plus célèbres étant Sky Team, dont fait partie Air France, et Star Alliance, avec Air Canada). En quelques vols long courrier, vous pourriez commencer à avoir des petits vols gratuits ou à prix réduits.

Et même si la route est souvent belle, faire Moncton-Los Angeles en voiture, ça devient du sport ! Mieux vaut un vol gratuit !

Location de voiture

  • mieux vaut réserver sa voiture en ligne pour comparer les prix, appliquer des coupons et choisir une agence située dans un endroit pratique. Il nous est arrivés de nous pointer à l’aéroport la bouche en cœur, pour découvrir que les tarifs étaient exorbitants et que nous n’avions pas d’autre choix que de les accepter sous peine de voir un road-trip tué dans l’œuf.
  • il y a pourtant des postes où je ne conseille pas du tout d’être radin économe, et parmi ceux-ci, l’assurance de la voiture. Cela vaut la peine de vérifier ce que couvre son assurance française ou canadienne avant de partir mais si elle ne couvre rien, aux États-Unis, l’assurance LIS me semble indispensable. Elle couvre les dommages infligés aux tiers. Les Américains ont tendance à demander des dommages-intérêts en cas d’accident de la route, et personnellement, je préfère ne pas plaisanter avec ça, même si ça double presque le prix de la location.

Hébergement

  • À l’heure du GPS et de la 3G, il est tentant de naviguer à vue et d’aller demander directement à la réception. Croyez-moi : à l’heure de la 3G, prenez trois minutes pour réserver votre hébergement en ligne via Booking, Expedia, Hotels.com, peu importe. Même si c’est depuis le Starbucks en face de l’hôtel que vous convoitez, deux minutes avant de débarquer à la réception. Les prix sont généralement avantageux, et sur un séjour entier, vous pourriez économiser quelques centaines d’euros. C’est comme ça qu’on a trouvé une super chambre d’hôtel pour 44 $ au lieu de 150 au Lac Tahoe !
  • Pour les grandes villes, mieux vaut ne pas improviser et réserver au moins quelques jours à l’avance. Je sais bien qu’en road-trip, on ne sait pas toujours ce qu’on va faire (c’est là tout le sel du voyage !), mais ça vous évitera de te retrouver dans le cagibi sans fenêtre ni sanitaires privés duquel j’avais commencé à écrire ce billet à San Francisco, pour la modique somme de 110 $/nuit, tout ça parce qu’on a réservé notre hébergement trois heures avant d’arriver en ville lors d’un long week-end férié.
  • Si vous allez dans une chaîne d’hôtels (Holiday Inn, Best Western…), prenez la carte de fidélité dès la première nuit. Ça ne coûte rien, et vous pourriez avoir la dixième nuit gratuite. La même pour les plateformes de résa en ligne comme Booking ou Hotels.com : inscrivez-vous pour bénéficier de nuits gratuites. Ça semble fastidieux mais il suffit de prendre dix minutes la première fois, et on n’y pense plus ensuite.
  • À tarif comparable, mieux vaut un hôtel avec un petit-déjeuner compris, voire un parking gratuit (élément loin d’être acquis dans les grandes villes américaines), on est d’accord.
  • AirBnB est souvent un bon plan… dans les petites villes qui ne sont pas prises d’assaut par les touristes. Dans les grandes villes, le prix est souvent équivalent aux hôtels, et dans les pays moins industrialisés, on paye souvent le « prix touriste », bien plus élevé que les hôtels locaux (même si cela peut toujours rester intéressant pour notre bourse). Le bon plan ultime, c’est CouchSurfing, mais ce n’est pas la tasse de thé de tout le monde (Etienne ne franchira sans doute jamais le pas !). [Psst : si vous n’avez pas encore de compte AirBnb, cliquez ici pour obtenir 30 €  de réduction sur votre premier séjour – et me donner une réduction sur mon prochain. Merci !]

Vue depuis le Best Western de Page, où d’autres clients réservaient en ligne… depuis le canapé de la réception !

Nourriture

  • Si vous voulez économiser en mangeant sur le pouce, je conseille de viser les supermarchés plutôt que les fast-foods. Ils seront à la fois meilleur marché et plus sains. Pour 5 $, on peut avoir un burger au McCrado… ou une grosse salade toute prête, ou encore se concocter soi-même un plat froid ou des sandwiches. Dans les pays moins industrialisés, visez les marchés ou la cuisine de rue, pour manger sur le pouce pour trois fois rien (environ 2 $ au Guatemala).
  • Selon les chaînes, vous aurez une petite réduction en amenant une gourde au lieu de prendre un gobelet jetable. Et c’est bon pour l’environnement ! Starbucks le fait au Canada.
  • Il est tentant de céder à la tentation du petit latte à emporter/bière après chaque repas, tous les jours… C’est 5 $ en moyenne à chaque fois. Sur un long séjour, ça peut coûter cher ! Je ne dis pas de voyager en moine, mais de faire attention si vous voulez économiser (et si vous ne voulez PAS économiser, c’est à vous de voir… mais ce n’est pas le sujet de ce billet !).
  • Dans les pays où le pourboire est quasi-obligatoire comme en Amérique du Nord, prendre un plat à emporter vous permet d’économiser cette petite somme… qui se monte entre 15 et 20 % de la note totale ! Une dépense non négligeable dans un budget lors d’un long séjour. Par contre, pas question de faire l’impasse sur le pourboire quand vous choisissez de manger au restau : le service est souvent agréable et les serveurs en ont bien besoin pour compléter leur salaire de base, bien inférieur au salaire minimum. La règle de base : si on ne peut pas se permettre de laisser 2 $ de pourboire, peut-on vraiment se permettre de manger au restau ?

Visites et activités

  • Regardez toujours en ligne s’il y a des promos en achetant les billets à l’avance en ligne. Par exemple, pour les studios Universal, le billet une journée en ligne nous a coûté 99 $ contre le même à 130 $ à la caisse. 40 $ d’économies par personne, notre budget nous remercie !
  • De même, il existe souvent des passes qui cumulent plusieurs musées, ou des passes de transport en commun, parfois réservés aux touristes. Si vous êtes allergique à l’organisation, vous pouvez simplement faire un tour à l’office de tourisme en arrivant en ville.
  • Je suis une fan inconditionnelle des free tours : des visites gratuites effectuées par des guides bénévoles qui fonctionnent au pourboire. Il suffit de prévoir l’équivalent de 5-10 $, et l’ambiance est généralement très sympa. À nouveau, si vous ne pouvez pas vous permettre 5 $ de pourboire, n’y allez pas. Les guides ne travaillent pas gratuitement pour nos beaux yeux de touriste.
  • Travail à distance : on n’y pense pas assez, mais les bibliothèques des grandes villes ont souvent des horaires élargis et le wifi à volonté. Et c’est gratuit !

Bryce Canyon, visité grâce au pass America the Beautiful, 80 $ pour l’entrée illimitée dans tous les parcs américains pendant un an… pourquoi se faire mal et s’en priver ? 

Voilà quelques conseils pour économiser un peu en voyage. La liste est loin d’être exhaustive tant il existe de façon de voyager avec un petit budget, mais c’est un bon début.   Si vous avez d’autres bons plans, je suis là dans les commentaires !

N’hésitez pas à m’épingler et à me suivre sur Pinterest. Et si vous avez aimé, abonnez-vous pour ne rater aucune chronique !

 

Related Images

2 thoughts on “CONSEILS // Ménager son budget en voyage

  1. Merci pour ces bons conseils ! Lors de mes road trips, j’aime beaucoup m’arrêter dans des supermarchés. Une économie au lieu du resto, mais aussi en temps. On en perd beaucoup en s’attablant au lieu de manger un bout devant une belle vue.

    1. Audrey

      Sans compter que les supermarchés sont une plongée passionnante dans la culture culinaire d’un pays, quoi qu’on en dise. Je me souviens de mon hallucination devant les kilomètres de rayons de chips en Nouvelle-Zélande, devant les milliers de pâtes en Sicile, devant les aliments incompréhensibles au Japon… Je pourrais en écrire des tartines (et je le ferai sûrement, d’ailleurs !).

Leave a Comment