MAROC // Dans la médina de Marrakech

Marrakech est une ville mythique, non ? Marrakech, c’est le nom qui m’évoque illico une odeur d’épices, des couleurs, du henné. Tout un programme à base de vision fantasmée d’un Orient culturel qui fait probablement oublier que derrière les apparences de parc d’attractions se cache toute une ville bien vivante, bien réelle.

Et pourtant, quand on visite Marrakech, on ne peut s’empêcher d’être transporté. Certains regretteront la disneylandisation de la culture marocaine, mais il est certaine que la médina est source d’un dépaysement certain, sinon authentique, et que la ville vaut très largement le déplacement, même en ces temps troublés.

La Place Jamaa el-fnaa

Comme tout le monde, je me suis concentrée sur la médina (vieille ville), logeant à même la Place, la Place Jamaa el-fnaa, véritable cour des Miracles qui me laisse le souvenir d’une amère leçon, celle d’avoir été prise pour un pigeon non pas une, mais deux fois. La première fois, honte aux arnaqueurs ; la deuxième, honte à moi d’avoir été aussi naïve.

La place était trop grande pour moi, trop fréquentée, elle me donnait le vertige. Elle pourra sans doute enchanter, avec ses charmeurs de serpents, dresseurs de singes, échoppes de cuisine de rue, vendeurs de jus d’orange, boutiques de souvenirs… Mais j’en retiens surtout le pire d’un site touristique : commerçants hargneux, attrape-nigauds, vendeurs qui font payer 20 € la photo.

Le reste de la médina, pourtant, n’était (généralement) que gentillesse et amabilité.

p1040727p1040928p1040934

 

Les souks

Il n’y a pas un mais plusieurs souks, qui forment une immense structure labyrinthique à l’œil non averti. Le mot « souk » signifie « marché », et les commerçants se regroupent en spécialités.

On trouve ainsi le souk aux épices, le souk aux chaussures, l’odorant souk des tanneurs, le souk des maroquiniers, le souk des tissus… Il y en a pour tous les goûts. J’imagine qu’on trouve des plans en ligne mais l’intérêt du souk, à mes yeux, est surtout de se perdre dans ses ruelles et de laisser opérer la magie de la surprise : que trouvera-t-on au prochain détour ? Des babouches ? Des lampes ? Des selles ?

Je me suis enfoncée dans le souk, plus pour échapper à la foule de touristes que pour rejoindre un point précis, et je n’ai pas été déçue : tout le monde se détend dès qu’on s’éloigne des trois-quatre pâtés de maison adjacents à la Place, autant du côté des commerçants que des (rares touristes). J’ai adoré sortir de ce cirque touristique et me glisser dans les allées au hasard, apercevoir les activités quotidiennes des habitants de la médina. On peut alors respirer et s’imaginer à une toute autre époque, transportés dans le temps et l’espace par ces ruelles où filtre une lumière ésotérique, où flotte une odeur de voyage et où percent des voix qui semblent venues d’un autre siècle.

Si tu te perds irrémédiablement, deux cas de figure s’offrent à toi :

  • demander piteusement ton chemin à un habitant, et il y a une chance sur deux pour qu’on te demande un bakchiche en retour (et une chance sur deux pour qu’on te dépanne avec le sourire)
  • ou marcher au pif jusqu’à sortir du souk et héler un taxi qui te ramènera, toi et tes jambes endolories, à « la place » (tout le monde sait de laquelle on parle !) ou à ton hôtel.

p1040736p1040744-2p1050054p1050067p1050060p1040827

La médersa Ben Youssef

Cette médersa (école) fondée vers 1570 est un joyau architectural et marque une des fins du souk. Elle fait un excellent objectif pour qui traverse le souk et permet aussi d’avoir un point de chute si on est perdu… ce qui risque fort d’arriver !

Je crois que je suis tombée dessus un peu par hasard, reconnaissant une photo de mon Petit Futé au détour d’une allée. Poussée par la curiosité et l’envie d’être au calme, je suis entrée… Je n’ai pas regretté. La première salle est monumentale, avec son lustre gigantesque et ses faïences. Organisée autour de la cour carrée dotée d’un bassin, la médersa compte 132 pièces, des bassins d’ablution et des murs recouverts d’entrelacs et arabesques dont il est impossible de se lasser. J’y suis restée deux bonnes heures, à m’imprégner des plus minuscules bas-reliefs jusqu’à ce que ma vision devienne kaléidoscopique.

p1040781p1040798-2p1040805p1040793-2p1040799-2p1040778-2

Infos pratiques Ouvert de 8 à 17 h tous les jours, 2 € l’entrée

La mosquée Koutoubia

Cette mosquée monumentale a été érigée au XIIe siècle. Il est évidemment impossible de la visiter si on n’est pas musulman, mais son architecture extérieure est splendide. Photogénique à toutes heures du jour et de la nuit, incontournable d’un point de vue culturel, c’est un détour à ne pas manquer. Je me souviens d’une pause rafraîchissante à l’ombre des orangers dans ses jardins, où il fait bon savourer un peu de verdure et le bruit des fontaines dans cette médina dominée par l’ocre et la terre.

p1050129p1040697p1050081

Les remparts

Les remparts de la vieille ville font une belle balade mais attention : ils sont longs. Oh ça oui. Je n’en avais pas fait le tour mais j’avais procédé par section, les longeant tantôt de l’intérieur pour être dans l’ambiance des souks, tantôt de l’extérieur pour souffler un peu.

Ma préférence va à la porte Bab Agnaou, un joyau monumental aux reflets bleutés qui tranche sur l’ocre de la ville.

p1040874p1050136

 

C’est où ?

Bon voyage

J’ai voyagé avec EasyJet, avec un aller-retour depuis Lyon pour 62 € (si vous saviez à quel point ces tarifs me semblent ubuesques en comparaison aux tarifs canadiens !). Marrakech est très bien desservie depuis toute la France et demande moins de trois heures de vol.

Bon appétit

Un voyage au Maroc ne serait pas complet sans thé à la menthe… Je ne saurais pas retrouver où j’avais pris celui-ci, accompagné de succulentes pâtisseries, mais je suis sûre qu’on trouve de bons thés à la menthe partout !

p1050109

Je n’étais encore complètement végétarienne, et je me suis donc régalée de pastilla au pigeon. Et de jus d’avocat. Je vous jure, c’est délicieux !

p1050047

Bonne nuit

J’avais choisi l’hôtel Atlas, un petit hôtel sans prétention juste à côté de la Place. Dans une ruelle sombre, il ne paie pas de mine quand on arrive seule de nuit… Mais l’intérieur est simple et accueillant. J’avais pris une chambre simple avec sanitaires partagés. Le personnel avait été aux petits soins, me donnant une couverture de plus pour supporter la rigueur des nuits de janvier (haha !) et gardant mon sac sans problème le dernier jour.

À à l’époque, j’avais payé 9 € la nuit. Oui, oui !

p1040904

Accès Riad Zitoun Lakdim, à partir de la Place.

Related Images

4 thoughts on “MAROC // Dans la médina de Marrakech

  1. super endroit, ça donne vraiment envie

  2. LN

    Marrakech…arnakech…..disent les marocains
    Tes photos me rappellent des souvenirs…4 ans au Maroc ca ne s oublient pas
    En tout cas merci de nous faire voyager

    1. Audrey

      Quatre ans au Maroc, quelle belle expérience ! Dans une ambiance bien loin du Canada…

  3. […] tu es allée au Maroc/Guatemala/Liban, tu ne crains […]

Leave a Comment