Cinq bonnes raisons de choisir Hong Kong // Souvenirs de voyage

Asie, continent de mon coeur, comme tu me manques ! On a connu notre grande période entre 2004 et 2010, où je suis allée par moins de 5 fois en Asie en six ans et depuis… plus rien ? Ne m’en veux pas de privilégier les destinations américaines ces dernières années, c’est mon nouveau camp de base au Canada qui veut ça… Mais je reviendrai bientôt (idéalement l’an prochain )?

Trêve de blabla, aujourd’hui, je t’emmène pour un retour en arrière à Hong Kong, où j’ai passé dix jours formidables en 2008. Pourquoi Hong Kong ? En Nouvelle-Zélande en 2006, l’une de mes colocataires en était originaire, et je lui ai forcé la main j’ai saisi l’occasion d’aller la voir l’espace de dix jours parce que… Hong Kong baby !

Hong Kong, c’est une excellente introduction à l’Asie, une ville dont tout le monde dit qu’elle n’est pas « pas vraiment la Chine » de par son passé colonial britannique. Et effectivement. Et pas vraiment. C’est une ville entre-deux, où on perd ses repères, tout en les gardant assez pour ne pas être complètement chamboulés.

Tout dépend évidemment de son expérience de voyageur, de son goût pour l’aventure… mais disons qu’aller en Chine continentale (au-delà de Pékin et Shanghai, j’entends) en solo sans être un grand baroudeur, avoir une grande souplesse ou adorer l’imprévu, c’est sportif. Pour preuve, notre deuxième voyage en Chine, qui nous a emmenés de Xi’An à Pékin en passant par des petits bleds où rien n’était marqué en alphabet latin, fut un grand moment, et j’étais contente d’avoir fair l’expérience de Hong Kong auparavant.

Voici ce que j’ai adoré dans ce séjour

La ville tentaculaire

Étrange non, de citer une ville tentaculaire comme point fort ? Une ville asiatique en plus ? Le fait est que si vivre dans une ville tentaculaire est détestable (Paris ! Je te regarde !), visiter une ville démesurée comme Hong Kong propulse dans une autre galaxie.

J’ai passé tout le séjour le nez en l’air, à m’émerveiller devant les tours futuristes, à m’effarer devant la hauteurs des immeubles résidentiels et à me demander comment on peut faire tenir sept millions d’habitants dans un mouchoir de poche.

Inévitable corollaire, la ville est une mosaïque de quartiers : Central l’ultra-moderne avec la tour Bank of China, symbole de la ville ; Mid-Level, quartier résidentiel bien vivant sur les pentes du pic Victoria, avec le plus long escalator au monde ; Kowloon l’authentique, avec ses marchés aux oiseaux et ses herboristes aux poudres de perlimpinpin ; Stanley le quartier des expats, tout au bout de l’île de de Hong Kong… Impossible de s’ennuyer.

p1010710p1010666p1010608

Central

p1010464p1010469p1010669

Stanley, quartier d’expats

p1010618p1010613p1010583

Mid-Levels/SoHo (sur la dernière photo, Etienne dans les escalators !)

L’île de Lantau

J’ai passé une journée fabuleuse à aller de site en site, sans jamais m’ennuyer.

De la station de métro Tung Chung, on peut embarquer pour un périple en transports en commun, une grande boucle culturelle dont je garde un excellente souvenir. Je ne me souviens plus des modalités mais j’avais dû acheter un pass de transport à la journée.

Premier arrêt : le Bouddha géant de Tian Tan, sur le site de Ngong Ping, où on trouve autant le monastère de Po Lin que le terminus de la télécabine Ngong Ping 360 et même une auberge de jeunesse. Les courageux qui oseront affronter les 268 marches du Bouddha seront récompensés par une vue sublime !

Deuxième arrêt : le village de pêcheurs de Tai O. Ce minuscule village pour particularité d’être sur pilotis. Des structures impressionnantes qui tiennent plus par hasard qu’autre chose. Le village se compose surtout d’une longue rue avec divers échoppes et vendeurs traditionnels, le tout dans l’odeur si caractéristique des villages de pêcheurs, qu’on soit à Hong Kong, en Norvège ou en Alaska…

Après un petit arrêt à Tai Long (où il n’y a rien, hormis une ambiance…), c’est parti pour une traversée en ferry vers l’île de Cheung Chau, qui m’a été vivement conseillée par une amie. Elle comporte une « mini muraille de Chine » et un petit village photogénique. De là, on peut facilement rentrer à Central en ferry (35 à 55 minutes, toutes les 30 minutes).

p1010521p1010519p1010505

p1010509p1010530p1010546

Le Bouddha de Tian Tan
p1010556p1010554p1010557

Le village de Tai O

 

p1010570p1010574 p1010571

Petit arrêt à Tai Long

p1010576p1010580p1010893
p1010887

 

La culture

Hong Kong, ça reste une histoire mouvementée. Bout de terre rétrocédé à la Chine en 1999, ce territoire au statut spécial au sein de la République populaire garde une identité propre. Les annonces dans le métro sont en cantonais, mandarin et anglais, l’affichage est bilingue et on a eu l’impression que n’importe quel Hong-Kongais parlait bien mieux anglais que nous !

Difficile d’appréhender tout le poids de l’Histoire mais Hong Kong reste intéressant d’un point de vue culturel. On y croise autant le Star Ferry de l’époque coloniale que des festivals tout ce qu’il y a de plus chinois (comme le festival de la Lune, avec ses lanternes), une ville futuriste avec ses tours et traditionnelle avec ses jonques (dont on se demande si elles sont là pour les touristes ou les gens du coin…), une ville tournée vers l’ultra-consommation et des petits commerçants qui vendent leurs poissons sur le trottoir…

Bref, une immersion culturelle sans égale dans un confetti entre Orient et Occident.

p1010755p1010665p1010633p1010628p1010440p1010444p1010449p1010792

La vue

La vue ? Quelle vue ? Mais si, tu sais. « La » vue.

p1010741

Pour y accéder, il faut la mériter. Plusieurs chemins s’offrent à toi. Si tu es d’humeur sportive et que la chaleur humide qui règne sur la ville ne t’effraie pas, tu peux faire l’ascension du Pic Victoria à pied. Nous l’avons fait, en trichant un peu par les escalators des Mid-Levels (un répit bienvenu !). C’est sportif, mais tout à fait faisable, et laisse-moi te dire que tu apprécieras d’autant plus ce panorama unique.

Une autre solution, c’est d’oser prendre le funiculaire. Le Peak Tram est le moyen le plus direct, mais il faut avoir le cœur bien accroché ! Construit en 1888, il ne s’embarrasse pas de courbes et de détours et va droit au but, montant à l’assaut du Pic selon une trajectoire tellement raide qu’on ne peut que se demander par quelle magie il ne tombe pas à pic. La vue est cependant sublime et on arrive au sommet frais et reposé.p1010728

Au sommet, une plateforme panoramique, des cafés, des magasins de souvenirs attendent bien évidemment le visiteur, qui pourra se mesurer à Bruce Lee… littéralement !

p1010745

La bouffe

Je plaide coupable, huit ans après, je n’ai pas vraiment de photos probantes ou d’adresses, mais je m’étais régalée ! On ne présente plus les dim sum, le bubble tea, les pâtisseries chinoises… J’y avais même fait bombance de glaces, dont de la glace Häagen-Dazs au thé vert et des glaces au riz gluant, au sésame, au durian…

p1010502
p1010694

C’est où ?

Bon voyage

Notre plan de vol faisait Lyon – Londres (avec une longue escale) – Hong Kong avec British Airways et Air New Zealand. Les deux compagnies sont irréprochables. Compter 11 h à 12 h de vol depuis l’Europe et un billet qui commence à 600 euros.

Bonne nuit

Pour la première moitié du séjour, nous avons eu la chance d’être hébergés par des amis de la famille d’Etienne, à Stanley. On en a profité pour découvrir ce quartier d’expats excentré (45 minutes de mini-bus environ) mais très mignon avec son petit marché.

Pour la deuxième moitié, nous avons posé nos valises à Kowloon, dans un hôtel du nom de Rent-a-Room, 7-8 Tak Hing St. Rien à redire hormis que les lits étaient un peu petit pour quelqu’un qui fait 1,92 m…

p1010790

Bons plans, bonnes adresses… J’attends tes suggestions dans les commentaires !

Related Images

2 thoughts on “Cinq bonnes raisons de choisir Hong Kong // Souvenirs de voyage

  1. Que de bon souvenirs de cette ville ! Tu m’as donné une envie de dim sum et apparemment il y a un resto de ma chaîne hongkongaise préférée ici 🙂 Je sais ce que je mange ce soir du coup !
    On avait eu un super bon plan des tickets Bruxelles – Hong Kong à 300 € avec Xiamen et c’était top (merci voyages-pirates).

    1. Audrey

      Waouh 300 euros ça fait rêver ! Le genre de billets à réserver illico, sans te demander si tu as l’autorisation de ta boîte, le temps ou le budget final 😉
      Savoure bien tes dim sum !

Leave a Comment